Un opposant à Poutine enlevé en Ukraine et incarcéré à Moscou

Un opposant à Vladimir Poutine a été kidnappé en Ukraine par des inconnus après avoir demandé l'asile politique dans ce pays. Il a été placé en détention à Moscou.
06 août 2015, 14:54
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Vladimir Poutine a orchestré plusieurs perquisitions chez des opposants au régime la semaine dernière.

Un opposant à Vladimir Poutine recherché dans le cadre d'une enquête pour "préparation à l'organisation de troubles massifs" en Russie a été enlevé en Ukraine par des inconnus, ont rapporté lundi des médias russes. Il a été ramené à Moscou où il a été placé en détention provisoire.

Léonid Razvozjaev s'était rendu à Kiev pour demander l'asile politique en Ukraine à la veille d'interpellations et de perquisitions effectuées en fin de semaine dernière dans le cadre de cette enquête visant des opposants au président russe Vladimir Poutine.

M. Razvozjaev, aussi l'assistant du député Ilia Ponomarev, du parti d'opposition Russie juste, n'a plus donné de nouvelle après s'être rendu au bureau du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés à Kiev (HCR), selon les agences russes.

Rapt près du HCR

Le député a affirmé que M. Razvozjaev avait été enlevé par des inconnus près du bâtiment du HCR et ramené en Russie. L'opposant a comparu dimanche soir devant le tribunal Basmanny de Moscou qui l'a placé en détention provisoire pour deux mois, également selon la même source.

Selon le site russe d'informations en ligne Gazeta.ru, Léonid Razvozjaev aurait été arrêté par les services spéciaux ukrainiens à Kiev, à la demande de Moscou, transféré en Russie et incarcéré à la prison Lefortovo de Moscou.

Les autorités russes se sont refusées à tout commentaire et aucun porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères n'était joignable dans l'immédiat pour réagir à ce mystérieux enlèvement.

Autre opposant évoqué

Une vidéo en ligne postée par le site d'information russe Life News montre M. Razvozjaev sortant du tribunal Basmanny en lançant devant les caméras des journalistes: "j'ai été torturé pendant deux jours, dites-le!".

Un autre opposant russe, Konstantin Lebedev, a déjà été placé en détention provisoire dans le cadre de cette affaire.

Le comité d'enquête s'est fondé sur un film diffusé le 16 octobre par une chaîne favorable au pouvoir, NTV, qui affirmait sur la foi d'images prises en caméra cachée et d'origine non précisée que l'opposant prévoyait de renverser par la force le gouvernement.