Réservé aux abonnés

Un poète au cœur du massacre des Rohingyas

Après avoir fui l’armée birmane comme 700 000 autres déplacés, le jeune écrivain Mayyu Ali veut faire entendre la voix de son peuple.
28 août 2018, 00:01
/ Màj. le 28 août 2018 à 00:01
DATA_ART_12352316

Il se remarque, de loin, avec son ombrelle qui le protège du soleil et sa chemise parfaitement repassée. Il salue tout le monde, échange quelques mots, d’une voix grave, basse et bienveillante. C’est une figure, celle d’un poète pour qui les mots apportent un peu de douceur dans cette fourmilière d’horreur. Viols, trafics, meurtres, enlèvements. Il a tout vu, tout entendu. Les histoires des siens le hantent encore. «J’ai le cœur brisé», confie-t-il, le regard abattu.

Mayyu Ali a vu le jour à Maungdaw, dans l’Arakan, en 1991, «l’année où Aung San Suu Kyi a remporté le prix Nobel de la paix», com...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois