Une centaine de disparus dans le naufrage d'un navire de Rohingyas

Un bateau avec environ 100 personnes à son bord a sombré mercredi au large du Bangladesh. C'est le deuxième naufrage dans la région en moins de deux semaines.
06 août 2015, 15:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Un bateau avait déjà coulé avec des Rohingyas pour passagers le 28 octobre dernier.

Une centaine de passagers étaient portés disparus mercredi dans le golfe du Bengale après le naufrage d'une embarcation transportant notamment des réfugiés Rohingyas à destination de la Malaisie, ont indiqué des gardes-côtes du Bangladesh. Ce drame survient dix jours après un naufrage similaire.

Le bateau transportait environ 110 passagers quand il a coulé au large de la côte du district de Cox's Bazaar, dans le sud du Bangladesh, a déclaré le lieutenant-colonel Zahid Hasan. "Nous avons secouru onze survivants avec l'aide de pêcheurs locaux et lancé une opération de recherche et de sauvetage (...). Le bateau faisait route vers la Malaisie", a-t-il ajouté.
 
Au moins deux rescapés font partie de la communauté des Rohingyas, des musulmans considérés par les Nations-Unies comme l'une des minorités les plus persécutées de la planète et par la plupart des Birmans comme des immigrés illégaux venus du Bangladesh.
 
Il s'agit du second accident de cette nature en une dizaine de jours. Un bateau transportant quelque 130 passagers, dont beaucoup fuyaient les violences religieuses en Birmanie, a coulé le 28 octobre dernier également dans le golfe du Bengale.
 
Le Bangladesh, frontalier de l'Etat Rakhine, dans l'ouest de la Birmanie, a longtemps été une destination de choix des Rohingyas, mais Dacca, qui estime en abriter déjà quelque 300'000, ne veut désormais plus les accueillir. Ils se lancent donc de plus en plus dans la difficile traversée maritime vers la Malaisie.
 
Les affrontements entre bouddhistes de l'ethnie rakhine et les Rohingyas ont fait près de 180 morts et plus de 100'000 déplacés, principalement des musulmans, depuis juin, dans l'Etat Rakhine. Ils sont quelque 800'000 à vivre en Birmanie. Mais des décennies de discrimination ont poussé des centaines de milliers d'autres à quitter le pays et les récentes violences risquent d'intensifier cet exil, selon les experts.