Venezuela: Chavez voterait pour Obama et prétend que l'inverse serait vrai aussi

Barack Obama aurait une voix supplémentaire si Hugo Chavez, le président Vénézuélien, pouvait voter pour lui.
06 août 2015, 14:44
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le président vénézuélien Hugo Chavez voterait pour Barack Obama, comme le président américain voterait pour lui, a-t-il affirmé.

Le président vénézuélien Hugo Chavez, candidat à sa succession, a apporté son soutien à Barack Obama dimanche et déclaré qu'il ne doutait pas que ce dernier fasse de même. "J'espère que ça ne nuit pas à Obama, mais si je venais des États-Unis, je voterais Obama", a déclaré le dirigeant socialiste.

"Obama est un type bien (...) Je pense que si Obama était de Barlovento ou d'une banlieue de Caracas, il voterait pour Chavez", a ensuite ajouté le président vénézuélien à la télévision d'État, faisant référence à une ville côtière à la population pauvre et principalement d'origine africaine.

"Après notre triomphe et le supposé, probable triomphe du président Obama, avec les défaites de l'extrême-droite ici et là-bas, j'espère que nous pourrons démarrer une nouvelle période de relations normales avec les États-Unis", a-t-il ajouté.

Hugo Chavez est pourtant l'un des détracteurs les plus véhéments du président américain. Ses quatorze années d'exercice du pouvoir ont été émaillées d'accrocs diplomatiques et d'insultes envers la Maison blanche.

Il avait qualifié le président George W. Bush de "diable" et d'"ivrogne". Et après avoir soutenu dans un premier temps Obama, il avait considéré qu'il était la "honte" des Africains.

Les relations entre Caracas et Washington s'étaient en effet légèrement améliorées avec l'élection d'Obama, mais M. Chavez a ensuite reproché à ce dernier de ne pas avoir tenu ses engagements en poursuivant la politique de l'administration Bush.

Hugo Chavez se présente pour un nouveau mandat de six ans, à l'élection présidentielle du 7 octobre, contre Henrique Capriles. Barack Obama, également candidat à sa succession, affronte Mitt Romney à l'élection présidentielle du 6 novembre.