Violences policières: 200 arrestations à New York

Un policier blanc a abattu jeudi un homme noir non armé qui tentait d'échapper à une interpellation en Arizona. Au même moment, des milliers de manifestants descendaient dans les rues de plusieurs villes des Etats-Unis pour exprimer leur colère contre les violences policières. 200 personnes ont été arrêtées.
07 août 2015, 14:31
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Police make arrests as protesters rallying against a grand jury's decision not to indict the police officer involved in the death of Eric Garner march near Times Square, Thursday, Dec. 4, 2014, in New York. (AP Photo/Jason DeCrow)

Plus de 200 personnes ont été arrêtées dans la nuit de jeudi à vendredi à New York lors de la seconde nuit de manifestations contre l'impunité accordée récemment à des policiers responsables de la mort de plusieurs Noirs. Ce, quelques heures après la mort d'un homme noir non armé tué par un policier blanc en Arizona.

Des milliers d'Américains ont manifesté à New York mais aussi, et dans une moindre mesure, à Chicago, Boston, Philadelphie, Baltimore ou encore Washington. Tous ont dénoncé les violences policières dont sont victimes les Noirs et l'impunité dont bénéficient certains policiers.

Alors que le cortège grossissait, la police a dû fermer le principal tunnel reliant Manhattan au New Jersey, les télévisions montrant des milliers de manifestants massés dans l'ouest de Manhattan. La police new-yorkaise a précisé vendredi que plus de 200 arrestations avaient été faites pour troubles à l'ordre public. La veille, la police avait déjà procédé à quelque 83 arrestations.

Nouveau cas en Arizona

Jeudi, la police de Phoenix a indiqué qu'un homme de 34 ans avait été interpellé alors qu'il était soupçonné de vendre de la drogue. Il aurait tenté de s'échapper et a refusé d'obéir "à plusieurs ordres" du policier, âgé lui de 30 ans et qui avait sept ans d'expérience.

"Une lutte" a eu lieu entre les deux hommes tandis que l'agent tentait de l'arrêter. Alors que le suspect a mis sa main dans sa poche, le policier tenait sa main et a lui ordonné de garder sa main enfouie. Mais le pandore a "cru sentir la crosse d'un revolver" et "a tiré deux fois dans le torse" de la victime.

Ce dernier a été déclaré mort sur place peu après l'arrivée des pompiers et des renforts de police. La poche de l'afro-américain contenait en réalité une boîte de pilules d'oxycodone, un analgésique puissant parfois consommé comme drogue récréative.