Zimmerman: deuxième nuit de protestation à Los Angeles

L'acquittement du meurtrier d'un jeune Noir continue de secouer Los Angeles pour la deuxième nuit d'affilée. Des violences ont éclaté dans les rues et 13 personnes ont été arrêtées.
07 août 2015, 11:34
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
13 personnes ont été arrêtées pendant la nuit.

Des dizaines de personnes ont protesté lundi soir à Los Angeles contre l'acquittement de George Zimmerman pour le meurtre d'un jeune Noir, Trayvon Martin. Tandis que des violences éclataient, une des jurées au procès s'est expliquée à la télévision sur les raisons de l'acquittement.

Au moins 13 personnes ont été arrêtées à Los Angeles au terme de la deuxième nuit de protestations après l'acquittement du vigile meurtrier. Cette décision a provoqué une grande émotion des milieux antiracistes aux Etats-Unis.

Elle a occasionné dimanche des dizaines de manifestations, rassemblements ou veillées de prières à New York, San Francisco, Los Angeles ou Chicago. Les participants souhaitaient dénoncer un "lynchage américain moderne", en référence aux lynchages de noirs au début du XXe siècle dans le Sud.

Ces rassemblements ont parfois dégénéré. Des commerces, notamment un supermarché Wal-Mart ont été endommagés à Hollywood par quelque 150 personnes. Des affrontements entre manifestants et police ont eu lieu dans plusieurs rues du quartier de Crenshaw, dans le sud-ouest de Los Angeles.

Plus au nord, à Oakland, dans la baie de San Francisco, d'autres manifestants ont été arrêtés après que des centaines de personnes eurent pris d'assaut une autoroute et bloqué la circulation, selon le quotidien "Los Angeles Times".

Appel au calme

Le chef de la police de Los Angeles, Charlie Beck, a réagi sur Twitter: "La violence n'est jamais la réponse. Demande instamment tous manifestants autour de L.A. à laissez la paix revenir. C'est notre ville et nous avons besoin de travailler ensemble pour la préserver".

A Los Angeles, les souvenirs sont encore vifs après les émeutes d'avril 1992 après l'acquittement, malgré des preuves accablantes, de policiers blancs qui avait agressé violemment un Afro-Américain.

Une des jurées parle

Une des jurées au procès du vigile s'est expliquée lundi à la télévision. Pour cette mère de famille issue d'un milieu militaire, le coup de feu mortel porté par George Zimmerman à Trayvon Martin était justifié parce qu'il craignait pour sa vie.

A ses yeux, le vigile d'origine hispanique n'était pas motivé par la couleur de la peau de Trayvon Martin quand il a appelé la police le 26 février 2012 pour signaler la présence d'une personne suspecte dans une résidence privée de Sanford en Floride.

"Pour la totalité d'entre nous, la race n'entrait pas en ligne de compte", a déclaré sur la chaîne de télévision CNN la jurée dont l'identité est resté secrète. "Je pense que Trayvon est devenu fou et l'a attaqué", a-t-elle déclaré.

Jury divisé

La jurée B-37 a raconté qu'à l'issue d'un premier tour de table, trois femmes seulement penchaient en faveur de la non culpabilité. Les trois autres évoquaient ou un homicide involontaire ou des coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

"Il y en avait deux qui voulaient le déclarer coupable de quelque chose. Après des heures et des heures de délibérations au sujet de la loi, et après l'avoir lue et relue, nous avons simplement décidé qu'il n'y avait aucune autre issue" que l'acquittement, a-t-elle ajouté.

Le drame aurait pu être évité

Au bord des larmes à plusieurs reprises, elle a rappelé que les jurées avaient travaillé dur pour parvenir à une décision. "Je veux que les gens sachent que nous avons tout mis là-dedans", a-t-elle dit. "Nous y avons pensé et repensé", a-t-elle ajouté.

Selon la jurée B-37, l'altercation aurait pu être évitée si les deux hommes s'étaient tout simplement éloignés. "Je regrette, pour tous les deux", a-t-elle dit.