Alimentation: les industriels doivent contribuer à lutter contre l'obésité des enfants

L'obésité gagne du terrain chez les enfants. Dans la catégorie des moins de 5 ans, ils sont désormais plus de 40 millions dans le monde à être concernés. L'OMS demande aux gouvernements, mais aussi aux industriels de participer plus activement à la lutte contre ce fléau.
25 janv. 2016, 14:09
/ Màj. le 25 janv. 2016 à 14:11
Le problème est mondial, mais il gagne rapidement du terrain dans les pays pauvres.

Nourriture saine, activité physique, prévention des maladies non contagieuses, sommeil suffisant et action dans la famille. La Commission lancée par l'OMS contre l'obésité infantile a appelé lundi à Genève les autorités mais aussi l'industrie alimentaire à contribuer.

"C'est un problème urgent qui ne peut attendre", a affirmé devant la presse le coprésident de cette entité indépendante de 15 membres lancée en 2014, Peter Gluckmann. L'impact pour le développement du capital humain concerne notamment les pays vulnérables où l'obésité infantile explose.

Les enfants sont affectés et l'obésité renforce le risque de maladies cardio-vasculaires. "C'est un problème mondial", a insisté l'autre coprésidente, Sania Hishtar. Par ailleurs, le risque concerne déjà les enfants sur le chemin de l'obésité.

En 2014, plus de 40 millions d'enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids ou obèses, soit 6,1% de cette population, contre 4,8% près de 25 ans plutôt. Parmi eux, 48% se trouvent en Asie et 25% en Afrique, selon les estimations.

Hausse importante dans les pays pauvres

Le continent africain est celui où la hausse est la plus importante, puisque le nombre de cas a quasiment doublé en près de 25 ans. Elle a progressé davantage encore dans la totalité des pays aux revenus inférieurs à la moyenne.

En cause, des facteurs biologiques mais aussi les changements d'alimentation et le recul de l'activité physique, notamment en milieu urbain à l'école. "L'obésité infantile n'est pas de la faute de l'enfant", insiste encore M. Gluckmann.