Réservé aux abonnés

Hauts et bas du musicien de rue

L'activité est difficile mais elle peut parfois aussi s'avérer lucrative.
07 août 2015, 10:59
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6796760.jpg

aguenot@lacote.ch

Ils animent nos villes mais quelle est au juste la condition des musiciens de rue? Entre la représentation romantique de l'activité - l'artiste bohème errant de ville en ville - et son pendant négatif qui prend la forme d'une mendicité déguisée, il est une autre réalité: celle de véritables musiciens qui ont choisi d'animer l'espace public pour gagner leur vie, se pliant à des horaires astreignants, à des règlements variables selon les villes (lire article en bas de page) et se déplaçant fréquemment dans tout le canton, voire même aux quatre coins du pays. Pour tenter de sai...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois