Réservé aux abonnés

Le Brésil veut mettre fin à une "épidémie" de césariennes

Par confort, les obstétriciens et les femmes font tout pour éviter les accouchements naturels.
07 août 2015, 15:09
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_8906183.jpg

Lorsque Maria dos Santos a débarqué à 23 heures, haletante, à la clinique Perinetale, l'une des plus huppées de Rio de Janeiro, avertissant que le rythme de contractions s'accélérait, elle a fait face à une équipe médicale totalement dépassée. "Vous n'avez pas respecté votre date d'accouchement", lui explique-t-on, en l'acheminant vers sa chambre après l'avoir fait longtemps attendre. Des dix-neuf bébés nés ce jour-là, le sien est le seul à être venu au monde par voie basse, "tous les autres, par césarienne, entre 7 heures et 9 heures du matin, ça dérange moins", ironise-t-elle. Car vouloi...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois