Le nombre de cas de Zika augmente en Suisse

Quatre nouveaux cas de contamination au virus Zika ont été signalés en Suisse. Le nombre de personnes infectées se monte désormais à 41.
12 sept. 2016, 11:31
/ Màj. le 12 sept. 2016 à 12:49
Le virus Zika est transmis par le moustique tigre.

Durant la première semaine de septembre, quatre nouveaux cas d'infection par le virus Zika ont été signalés en Suisse. Le nombre total de cas enregistrés atteint 41, selon le dernier bulletin de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) publié lundi.

Une personne a été infectée au Mexique et une seconde au Nicaragua, au Panama ou au Costa Rica. "Il est impossible de dire exactement dans lequel de ces pays", a indiqué à l'ats Patrick Mathys, chef adjoint de la Division des maladies transmissibles à l'OFSP. Il n'a pas pu donner d'informations concernant les deux autres nouveaux cas.

Au début du mois de septembre, l'OMS avait recommandé de maintenir l'urgence de santé publique déclarée le 1er février 2016. Des épidémies continuent d'être identifiées dans de nouvelles régions comme Singapour ou la Guinée-Bissau.

Le virus Zika se transmet par des moustiques spécifiques. Une infection après des rapports sexuels est aussi possible. Pour les personnes qui souhaitent se rendre dans les pays où il sévit, l'OFSP énumère des recommandations sur son site. Il s'agit en premier lieu de se protéger contre les piqûres de moustique. Quant aux femmes enceintes, elles devraient renoncer à leur projet de voyage dans les zones à risque.

La contamination par le virus n'a le plus souvent pas de conséquences, mais il peut dans certains cas entraîner des complications neurologiques. Chez les femmes enceintes, le virus peut provoquer une microcéphalie du bébé: l'enfant naît avec une tête anormalement petite, ce qui crée d'importants problèmes de développement.

Une obligation de déclaration de l'infection a été introduite en Suisse au début du mois de mars.

 

Brésil: Jose Wesley est un bébé atteint de microcéphalie. Sa mère le plonge régulièrement dans un bain, ce qui calmerait l'enfant.
Brésil: Jose Wesley est un bébé atteint de microcéphalie. Sa mère le plonge régulièrement dans un bain, ce qui calmerait l'enfant. ©KEYSTONE
Brésil: la ville de Recif est la plus touchée par le virus Zika. Le gouvernement a mobilisé 250'000 militaires et employés des services sanitaires pour éradiquer le moustique dans cette zone du pays.
Brésil: la ville de Recif est la plus touchée par le virus Zika. Le gouvernement a mobilisé 250'000 militaires et employés des services sanitaires pour éradiquer le moustique dans cette zone du pays. ©KEYSTONE
Pérou: opération de fumigation dans le cimetière de Lima pour prévenir la dengue, le chikungunya et le virus Zika.
Pérou: opération de fumigation dans le cimetière de Lima pour prévenir la dengue, le chikungunya et le virus Zika. ©KEYSTONE
Le virus Zika est transmis par les piqûres de ce moustique appelé "Aedes aegypti", également vecteur principal de la dengue, du chikungunya et de la fièvre jaune.
Le virus Zika est transmis par les piqûres de ce moustique appelé "Aedes aegypti", également vecteur principal de la dengue, du chikungunya et de la fièvre jaune. ©KEYSTONE
Brésil: opération de fumigation à Rio de Janeiro où le carnaval commencera le 5 février.
Brésil: opération de fumigation à Rio de Janeiro où le carnaval commencera le 5 février. ©KEYSTONE
Brésil: Elison berce son petit frère José, atteint de microcéphalie.
Brésil: Elison berce son petit frère José, atteint de microcéphalie. ©KEYSTONE
Sao Paulo: les militaires brésiliens se protègent avec un répulsif pour insectes avant une opération de nettoyage visant à éliminer le moustique "Aedes aegypti".
Sao Paulo: les militaires brésiliens se protègent avec un répulsif pour insectes avant une opération de nettoyage visant à éliminer le moustique "Aedes aegypti". ©KEYSTONE
Photographie du virus Zika au microscope. Les enfants dont la mère porte le virus naissent avec une microcéphalie. Leur tête est plus petite que la normale et le développement de leur cerveau ne se déroule pas correctement.
Photographie du virus Zika au microscope. Les enfants dont la mère porte le virus naissent avec une microcéphalie. Leur tête est plus petite que la normale et le développement de leur cerveau ne se déroule pas correctement. ©KEYSTONE
Mexique: 15 cas d'infection au virus Zika ont été officiellement recensés dans le pays.
Mexique: 15 cas d'infection au virus Zika ont été officiellement recensés dans le pays. ©KEYSTONE
Salvador: le gouvernement a décrété trois jours de fumigation pour réduire la présence du moustique qui transmet le virus Zika.
Salvador: le gouvernement a décrété trois jours de fumigation pour réduire la présence du moustique qui transmet le virus Zika. ©KEYSTONE
Brésil: Luisa, née en octobre, est atteinte de microcéphalie, certainement liée au virus Zika que sa mère a contracté pendant la grossesse.
Brésil: Luisa, née en octobre, est atteinte de microcéphalie, certainement liée au virus Zika que sa mère a contracté pendant la grossesse. ©KEYSTONE
Brésil: un laboratoire fait des analyses pour détecter le virus Zika. Le nombre de cas a augmenté de façon inquiétante dans au moins deux pays d'Amérique latine.
Brésil: un laboratoire fait des analyses pour détecter le virus Zika. Le nombre de cas a augmenté de façon inquiétante dans au moins deux pays d'Amérique latine. ©KEYSTONE
Brésil: la ville de Recif est la plus touchée par le virus Zika. Le gouvernement a mobilisé 250'000 militaires et employés des services sanitaires pour éradiquer le moustique dans cette zone du pays.
Brésil: la ville de Recif est la plus touchée par le virus Zika. Le gouvernement a mobilisé 250'000 militaires et employés des services sanitaires pour éradiquer le moustique dans cette zone du pays. ©KEYSTONE
Pérou: opération de fumigation dans le cimetière de Lima pour prévenir la dengue, le chikungunya et le virus Zika.
Pérou: opération de fumigation dans le cimetière de Lima pour prévenir la dengue, le chikungunya et le virus Zika. ©KEYSTONE
Brésil: des moustiques "Aedes aegypti" sont analysés dans un laboratoire à Sao Paulo. Le gouvernement brésilien veut financer les recherches pour trouver rapidement un vaccin contre le virus Zika.
Brésil: des moustiques "Aedes aegypti" sont analysés dans un laboratoire à Sao Paulo. Le gouvernement brésilien veut financer les recherches pour trouver rapidement un vaccin contre le virus Zika. ©KEYSTONE