Les droits de l'enfant rappelés dans un doodle de Google

En ce mercredi, les mômes envahissent la page d'accueil de Google. Normal, le monde fête la journée internationale des droits de l'enfant.
07 août 2015, 12:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
La page d'accueil de Google, envahie par les enfants ce mercredi.

Les droits de l'homme, c'est bien. Mais les droits de l'enfant, c'est mieux. Une journée mondiale par an pour le dire, ce n'est pas de trop. Du moins pour le géant Google, qui ne rate pas l'occasion de l’évoquer par le biais de son "Doodle". 

Depuis plus de vingt ans, chaque 20 novembre est dédié aux enfants du monde entier. Une date qui marque l'anniversaire de l'adoption de la Convention internationale des droits de l'enfant, sous l'égide de l'Organisation des Nations Unies.

Signé par les 193 Etats membres en 1989 (trente ans après une première déclaration de l'ONU), ce traité affirme qu'un enfant n'est pas seulement un être fragile qu'il faut protéger. Mais qu'il a des droits, celui une d'être éduqué et soigné, quel que soit l'endroit du monde où il est né. Et aussi celui de s'amuser, d'apprendre et de s'exprimer.

Aujourd'hui, trois pays n’ont pas encore ratifié le texte ni ses trois protocoles facultatifs: les États-Unis car toute condamnation à la peine de mort à la suite d'un crime commis par un mineur serait interdite; la Somalie en raison son instabilité politique; le "jeune" Soudan du Sud (devenu le 193e membre de l'ONU en 2011), encore incapable de prendre un tel engagement à l'international. 

Opération de Terre des Hommes 

Si la Convention se présente comme un "modèle universel pour édifier un monde meilleur, il n'est pas suffisant. Car les droits ne sont réels que dans la mesure où ils sont mis en pratique", rappelle le Fonds des Nations Unies pour l'enfance. 

Un discours repris en choeur par Terre des Hommes. En Suisse, l'ONG sensibilise la population sur l’exploitation dont souffrent 168 millions d’enfants à travers le monde. Comme elle le fait depuis 16 ans maintenant, elle a lancé mardi son opération nationale. 

Cette semaine, dans plus de 100 localités réparties dans toute la Suisse, ce sont plus de 3400 écoliers et jeunes qui participent à l’action en tenant des stands d’information, mais aussi en cirant des chaussures, lavant des pare-brise ou révélant leurs talents artistiques. L’objectif? Alerter les passants sur la misère qui frappe des millions d’enfants qui travaillent dans des conditions compromettant leur éducation, nuisant à leur santé, leur sécurité ou à leur développement moral.

Les dons récoltés lors de cette action seront destinés aux projets de protection de l’enfance de Terre des hommes.