Physiothérapeutes et assureurs ne s'entendent pas sur les tarifs

Les physiothérapeutes, qui ont déjà obtenu des accords avec les caisses affiliées à tarifsuisse, demandent une augmentation du point tarifaire de 8 centimes aux caisses maladies Helsana, KPT, Sanitas et CSS. Mais ces dernières refusent, alors que le barème n'a plus été adapté depuis... 1998.
07 août 2015, 13:59
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les physiothérapeutes réclament une hausse du point de 8 centimes. Les caisses de l'association Curafutura refusent.

Physioswiss et les caisses maladie membres de "Curafutura" n'arrivent toujours pas à se mettre d'accord sur la valeur du point tarifaire. Les discussions sont au point mort, a expliqué mercredi à l'ats le président l'association suisse des physiothérapeutes Roland Paillex à l'issue d'une rencontre avec les caisses.

Les pourparlers avec la communauté d'achat HSK (Helsana-Sanitas-KPT) ainsi que le groupe CSS se sont déroulés dans un climat serein, a-t-il précisé, "mais c'est un combat". Pour les caisses, l'augmentation de huit centimes du point tarifaire, soit environ 9%, est trop élevée. Elles argumentent qu'elles n'ont aucune obligation juridique de l'augmenter.

Du côté de HSK et de CSS, le porte-parole Rob Hartmans indique qu'on ne s'oppose pas à une rétribution équitable pour les physiothérapeutes. Aux yeux des quatre assureurs, le problème fondamental est toutefois la structure tarifaire: celle-ci n'est plus d'actualité et doit être revue. La hausse demandée par Physioswiss ne résout pas le problème, mais distribue de l'argent à tous les cantons selon le système de l'arrosoir.

Accord avec tarifsuisse

Au printemps, les physiothérapeutes étaient arrivés à un accord sur le point tarifaire avec les caisses maladies affiliées à tarifsuisse, après des années de négociations. L'accord avait été trouvé avec presque l'ensemble des caisses membres de tarifsuisse, à la seule exception du groupe CSS.

Le point tarifaire n'avait plus été adapté depuis 1998. Les négociations étaient même arrivées à un tel point de rupture que Physioswiss n'avait plus de convention tarifaire avec les caisses maladie depuis juillet 2011.