Réservé aux abonnés

Porterville, le "ground zero" de la sécheresse californienne

Cette ville agricole est devenue le symbole d'une mauvaise gestion de l'eau.
07 août 2015, 14:29
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_8619782.jpg

armelle vincent

La chose la plus troublante à Porterville, une bourgade agricole de 63 000 habitants de la vallée de San Joaquin, n'est pas tant qu'une partie de la population soit désormais sans eau. Mais plutôt que le reste des habitants la gaspille allègrement.

Dans l'est de l'agglomération, 400 résidents environ ont cessé d'ouvrir les robinets ou de tirer la chasse d'eau: ils sont à sec. Dans l'ouest, sur Main Street, le serveur d'un restaurant mexicain apporte automatiquement aux clients d'énormes verres d'eau avec les bières et sodas qu'ils ont commandés.

A peine en boivent-ils une gorgé...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois