Un médicament contre le cancer du sein pour contrer la leucémie

Utiliser un médicament contre le cancer du sein pour lutter contre une leucémie incurable. C'est le coup de génie d'une équipe de chercheurs suisses et espagnols. Des tests ont été effectués avec succès sur des souris.
07 août 2015, 14:32
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les scientifiques expriment l'espoir que ces résultats pourront être rapidement mis en pratique.

Les hommes ont un risque plus élevé de contracter certaines leucémies que les femmes, probablement en lien avec les hormones sexuelles. Des chercheurs suisses et espagnols ont eu l'idée de tester un médicament contre le cancer du sein pour traiter une leucémie incurable, avec succès sur des souris.

Le syndrome myéloprolifératif est une maladie du sang causée par une mutation génétique dans les cellules souches hématopoïétiques et leur descendance. Il est plus fréquent chez l'homme que chez la femme, peut évoluer en leucémie, et n'est guérissable que chez de rares patients par transplantation de moëlle osseuse.

L'équipe de Jürg Schwaller et Radek Skoda, de l'Hôpital universitaire de Bâle, a constaté que le tamoxifène, un médicament largement utilisé contre le cancer du sein, parvient à stopper le processus chez des souris mâles leucémiques. Les symptômes de la maladie ont disparu, rapportent-ils dans la revue "Cell Stem Cell".

Dans le cas du cancer du sein, le tamoxifène inhibe les effets de l'hormone sexuelle féminine oestrogène, mais il semble que dans les cellules sanguines, il imite leur action, écrit dans un communiqué le centre espagnol de recherches cardio-vasculaires CNIC, à Madrid, qui a participé à ces travaux. Un autre point positif est que les cellules sanguines saines ne sont pratiquement pas affectées par le traitement.

Les scientifiques expriment l'espoir que ces résultats pourront être rapidement mis en pratique. Le tamoxifène est homologué et bien supporté dans les doses prescrites. Cela augmente les chances de procéder bientôt à des essais cliniques sur des patients leucémiques.