Ammann retrouvé, Bardal quasi sacré

Sur le tremplin qui le consacra champion du monde de la spécialité en 2010, Simon Ammann s'est classé 2e du concours de vol à ski à Planica (Sln), son meilleur résultat de l'hiver. A un concours de la fin de la saison, le Norvégien Anders Bardal s'est assuré sauf accident la victoire au général de la Coupe du monde.
05 août 2015, 15:55
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
00460023

Avec 222 m, Ammann a réalisé le meilleur saut de la deuxième  manche. De quoi souligner son excellente forme actuelle. Cela n'a  cependant pas suffi pour rattraper le Slovène Robert Kranjec,  champion du monde en titre et en tête après la 1re manche, qui  s'est imposé à domicile devant 20'000 fans en totalisant 434,3  points. Avec 423,4, Ammann a devancé de près de 5 unités  l'Autrichien Martin Koch, 3e. 

Après deux troisièmes places lors des quatre derniers concours,  Ammann gravit un échelon pour signer son troisième podium de  l'hiver. Le Saint-Gallois termine dans les huit premiers pour la  cinquième fois d'affilée, signe qu'il retrouve ses marques après  plusieurs mois d'incertitudes et de réglages, de malchance aussi  avec le vent qui a souvent été contre lui.  

Il fait partie des hommes les plus en forme de cette fin d'hiver  mais avait abandonné trop de points lors des premiers mois pour  jouer un rôle au général. Le quadruple champion olympique a  accueilli ce 65e podium en carrière par une explosion de joie.  «Cela fait du bien de terminer la saison de cette façon, notamment  en vue de l'hiver prochain», a dit le sauteur du Toggenburg. 

A un concours de la fin, dimanche sur ce même tremplin, Anders  Bardal (12e vendredi) possède 100 points d'avance au général sur  l'Autrichien Gregor Schlierenzauer (5e). Le Norvégien est  pratiquement assuré de gagner la Coupe du monde pour la première  fois, sauf accident. En effet, seuls 31 concurrents au maximum  seront au lice dimanche (les 30 meilleurs plus un Slovène), et le  Scandinave est donc quasi certain de marquer le petit point qui lui  manque encore mathématiquement. D'autant qu'il n'est pas sûr que la  Slovénie aligne le sauteur supplémentaire auquel elle a droit. 

Bardal, 29 ans, a mis du temps pour éclore. Il a dû attendre six  ans après ses débuts sur le circuit avant de monter sur son premier  podium, en 2006-07 (3e à Oslo). Il ne compte aucune médaille d'or  dans une compétition majeure, ni aux JO, ni aux Mondiaux, et  seulement quatre succès en carrière en Coupe du monde. Il est le  premier Norvégien à triompher au général depuis Espen Bredesen en  1993-94.