Le BBC Nyon a appris de ses erreurs

Cette année, le club du Rocher a tout fait pour optimiser ses performances, tant en LNA qu'en 1re ligue. Il doit cependant refuser des jeunes. Le point avant Fribourg.
06 août 2015, 15:03
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6539857.jpg

"Yes we did! " pourrait se dire Barbara Pythoud-McAllister. La présidente du BBC Nyon et son comité ont - pour l'instant - réussi leur pari. Sans davantage de moyens que l'an dernier, le club du Rocher a tout mis en oeuvre durant l'intersaison pour optimiser au mieux ses performances. La politique du club n'a pas fondamentalement chan gé, mais s'est adaptée aux réalités du terrain. Cela est passé par une réflexion profonde et des changements d'organisation. La présidente nyonnaise décortique la situation, point par point, avant d'affronter Fribourg Olympic samedi (17h30 au Rocher).

 

LE DEBUT DE SAISON

 

Avec deux victoires pour trois défaites, ce premier bilan est en courageant. " Jusqu'à présent, nous sommes très contents, même si on aurait aimé gagner à Massagno , lâche-t-elle d'emblée. On promettait du spectacle, on a tenu parole. C'est un pari réussi pour nous; bien que nous ne puissions pas gagner à chaque fois. Mais attention à ne pas être trop positif, car tout peut changer très vite ." Si Nyon a misé sur le "show", c'est avant tout pour éviter d'être en froid avec son public. Un choix qui dépend énormément de la qualité des étrangers. Or Justin Rutty ou Marvin Owens offrent cette garantie. " Et ils sont très fa ciles à vivre , dit la présidente. Une maman d'un joueur s'est égale ment occupée d'eux, pour leur apprendre les coutumes de la vie, ici en Suisse ."

 

LA POLITIQUE DU CLUB

 

Le budget est identique à celui de l'an dernier. Avec cinq étrangers (Zivkovic, Rutty, Tsonga, Owens, et Walters), le BBC Nyon en possède cependant un de plus qu'en 2011-2012. " On a été heu reux de recevoir le coup de fil d'Enzo (ndlr: Tsonga, qui joue gratuitement). Plusieurs jeunes Suisses sont partis, on ne pouvait pas aller à l'encontre de leurs rêves, et on a dû s'adapter ."

Cette saison, le club du Rocher s'entraîne trois fois par jour (physique, séances de shoots et entraînement collectif). " Rodrigue Mbaye nous a demandé de traiter l'équipe de LNA comme des pros ." Les M23 ont été, eux, rétrogradés de LNB en 1 re ligue et fonctionnent désormais comme un groupe à part entière. " Cela évite ainsi à certains jeunes de cumuler les matches avec les M23 et la LNA, ils sont moins fatigués; le but étant qu'ils s'améliorent ."

 

LE MOUVEMENT JUNIORS

 

Il est l'une des fiertés du club. Chaque année, les jeunes Nyonnais collectionnent les titres dans les catégories juniors. Mais le BBC Nyon ne peut plus ac cueillir de nouvelles têtes. " Cette saison, nous avons dû refuser une soixantaine de jeunes, faute d'infrastructures suffisantes et de budget pour engager des moniteurs Jeunesse et Sport ", concède Barbara Pythoud-McAllister. A son grand regret. "C ela m'énerve au plus haut point, car je me suis investie pour les jeunes. Le sport aide à faire moins de conneries, j'en suis persuadée. J'aimerais que les jeunes qui traînent dans la rue viennent plutôt jouer au club, mais actuellement, ce n'est pas possible ."

La présidente de la seule formation vaudoise de LNA le reconnaît, d'autres clubs sont confrontés aux mêmes problèmes. " A Gland, c'est pareil. Mais je remarque que les gens commencent à s'en rendre compte, c'est positif ."

 

LA PRESIDENCE

 

Barbara Pythoud-McAllister a repris les rênes du BBC Nyon en 2010, succédant à feu Jean-François Kurz. Bénévole, le comité constitué de parents de joueurs a plaidé l'indulgence par le passé. " Après trois ans, on a appris de nos erreurs. Aujourd'hui, nous som mes au maximum de ce que nous pouvons faire avec nos moyens ", affirme-t-elle.

Si la charge est lourde, Barbara Pythoud-McAllister l'assume très volontiers. " Il n'y a aucune question d'ego! La situation a fait que je me suis engagée pour le club. Je le fais par plaisir. D'ailleurs, dès que cela ne sera plus le cas, j'arrêterai ", prévient-elle en rigolant. Avant d'ajouter, avec force et conviction: " On a un comité d'aplomb et d'attaque! "

Un comité et une présidente qui espèrent vivre de belles émo tions cette saison. A commen cer par samedi contre Fribourg.