Curling: débuts mitigés des Suisses

Une victoire, une défaite pour les Suisses, en ouverture de "ses" Championnats d'Europe de curling à Champéry.
07 août 2015, 14:28
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Skip Sven Michel of Switzerland, plays a stone against Russia during the men's qualification round match of the European Curling Championships 2014, at the Palladium Ice Arena, in Champery, Switzerland, Saturday, November 22, 2014. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Vainqueurs 6-5 de la Russie en début d'après-midi, les joueurs d'Adelboden ont ensuite échoué devant l'Italie (4-7).

La formation oberlandaise (Stefan Meienberg, Simon Gempeler, Florian Meister et le skip Sven Michel) a soufflé le chaud et le froid pour son entrée dans la compétition. Elle a d'abord arraché la victoire devant la Russie au dixième end. Plutôt défensives au début, les deux formations se sont lâchées en fin de rencontre pour offrir un spectacle intéressant, bien qu'irrégulier. Alors que les Russes menaient 5-4, le skip Sven Michel a fait preuve de nerfs d'acier pour inscrire ses deux pierres.

La suite de la journée s'est moins bien passée pour les champions d'Europe sortants. Figurant parmi les prétendants au titre, comme la Russie d'ailleurs, l'Italie a trouvé la solution au cours des 7e et 8e ends l'opposant à la Suisse. L'équipe du skip Amos Mosaner y a accumulé cinq pierres (trois pierres inscrites dans le 7e, deux volées dans le 8e) pour faire passer le score de 2-3 à 7-2 en sa faveur. La messe était dite.

Chez les dames, les Suissesses n'ont pas pu faire honneur à leur statut de championnes du monde. La skip Binia Feletscher et ses coéquipières du CC Lims ont commencé par une surprenante défaite face aux Finlandaises (4-7).

C'est le premier revers concédé par une équipe de Suisse dames face à la Finlande depuis 17 ans. En 1997 à Füssen, la formation de la Valaisanne Graziella Grichting s'était inclinée en quart de finale contre celle de Jaana Jokela. Les Davosiennes (Feltscher, Christine Urech, Franziska Kaufmann et Irene Schori) ont multiplié les erreurs, notamment en laissant les Scandinaves inscrire un "coup de trois" pour mener 4-2.