Bâle écrasé par le Bayern

La logique voulait que Bâle soit éliminé par Bayern Munich en 8e de finale de la Ligue des champions. Les exploits, le culot et le courage affichés par les Rhénans dans cette campagne avaient cependant fait naître les espoirs les plus fous. Le sort s'est en ce sens montré cruel: le FCB a été balayé 7-0 à l'Allianz Arena et quitte la scène internationale sur une humiliation !
05 août 2015, 15:53
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
bayerne

Piqués à vif après une défaite 1-0 concédée à l'aller non  seulement contre un «petit» d'Europe, mais surtout face à un club  de la Suisse voisine, les Munichois ont fait ce que tout le monde  attendait d'eux au coup d'envoi: imposer une pression insoutenable  jusqu'à faire plier le FCB. 

Sommer au charbon 

Décisif au Parc St-Jacques trois semaines plus tôt, Yann Sommer  n'a pas eu le temps de prendre ses marques dans une Arena pleine et  avide de revanche. Alerté à deux reprises dès la 6e par Robben, le  dernier rempart rhénan s'est incliné une première fois à la 10e  face au Néerlandais, tout heureux de recevoir le ballon, à la  limite du hors-jeu, après un tir de Kroos contré. 

Sommer a dû s'interposer deux minutes plus tard sur une frappe  d'un Robben en mode rachat puis, dans la foulée, devant Gomez (deux  fois). Le gardien bâlois a encore fait des merveilles sur une tête  de Müller (22e), a poussé un ouf de soulagement sur une lourde  frappe de Kroos au-dessus (37e) et est sorti à temps sur un centre  destiné à Gomez (39e). 

Difficile dès lors de lui reprocher les deux réussites  bavaroises inscrites coup sur coup par un Müller bénéficiant de la  passivité d'Abraham et Xhaka (42e) et un Gomez à la conclusion d'un  coup franc botté par Kroos et remis dans les six mètres par  Badstuber (44e). Assommé et groggy, Bâle a tout perdu en l'espace  de 45 minutes à sens unique. 

Peut-être le Rekordmeister représentait-il un écueil par trop  important pour les Rhénans. Le fait est que le champion de Suisse,  au budget dix fois inférieur, est tout simplement tombé sur plus  fort que lui. Le bloc de Heiko Vogel a littéralement été fendu de  part en part par un Bayern constamment en mouvement. 

Record historique 

Régulièrement mis hors de position par les déplacements du  brillant trio Müller-Ribéry-Robben, la science du jeu de Kroos et  les montées tranchantes des latéraux Lahm et Alaba, les Bâlois  n'ont jamais pu développer leur jeu ni, par définition, temporiser.  Abandonnés par un Granit Xhaka plus brouillon que d'habitude et  handicapés par un flanc gauche Park-Fabian Frei en-dessous, ils  n'avaient pas les armes pour tenir tête, à nouveau, à un des plus  grands clubs du monde. 

Ni à l'un des meilleurs buteurs de la planète, Mario Gomez,  encore auteur d'un hat-trick après la pause (50e/61e/67e), à chaque  fois sur service de Ribéry. Six jours après le premier quintuplé de  l'histoire de la compétition inscrit par Lionel Messi contre  Leverkusen, l'international allemand a fait le nécessaire pour  coller au train de l'Argentin. Avec désormais 10 réussites en C1  cette saison, Gomez n'est en effet qu'à deux unités du Barcelonais.  Le 7-0 a été marqué par Robben à la 81e. 

Parcours sensationnel 

Une fois la déception oubliée, les Rhénans pourront sans doute à  nouveau contempler avec fierté leur parcours européen 2011/12. Car  les livres du football suisse retiendront avant tout que le FCB a  éliminé l'immense Manchester United en le tenant en échec à Old  Trafford puis en le battant au Parc St-Jacques. 

Ce même Joggeli qui a vu, le 22 février dernier, Bayern Munich  vaciller et douter. Remontée comme rarement, l'équipe de Jupp  Heynckes peut encore réaliser son principal objectif de l'année:  remporter une cinquième coupe aux grandes oreilles chez lui, le 19  mai prochain.