Bâle s'incline contre le Real Madrid malgré une belle performance

En cinquième journée de la Ligue des champions, le FC Bâle s'est incliné 1-0 à domicile contre le Real Madrid. Malgré la défaite, les Bâlois ont livré une belle performance face aux stars madrilènes.
07 août 2015, 14:29
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Madrid?s Gareth Bale, center, in action during an UEFA Champions League group B matchday 5 soccer match between Switzerland's FC Basel 1893 and Spain's Real Madrid CF in the St. Jakob-Park stadium in Basel, Switzerland, on Wednesday, November 26, 2014. (KEYSTONE/Georgios Kefalas)

Le FC Bâle, en dépit d'une performance exceptionnelle, s'est incliné 1-0 chez lui contre le Real Madrid, lors de la 5e journée de la Ligue des champions. Un résultat qui ne change rien au fait que les Rhénans joueront leur avenir en C1 le 9 décembre à Liverpool.

Bâle décrochera sa qualification pour les 8es de finale s'il ne perd pas à Anfield Road contre les Reds. Le Real, lui, est sûr de terminer à la première place de ce groupe B.

Malgré la défaite, presque inéluctable, il convient de dresser des louanges aux Bâlois, vaillants et sans complexe contre les stars planétaires de la Maison blanche. Car Carlo Ancelotti n'avait pas menti la veille de la rencontre: son équipe a pris les choses très au sérieux. Comment pourrait-on prétendre le contraire à la simple lecture du onze de départ du Mister, avec ces deux terrifiantes lignes de trois Isco - Kroos - Rodriguez et Bale - Benzema - Ronaldo?

Malheureusement exaucé

A force de performances remarquables sur la scène européenne, le FCB demande désormais qu'on le respecte. Pas de chance, c'est exactement ce qu'a fait le Real! Or, nonobstant la force de frappe adverse, la formation de Paulo Sousa a donné au décuple champion d'Europe et tenant du titre une réplique admirable. Dans la limite de ses moyens, incomparablement moins importants que ceux de la multinationale espagnole.

Alors voilà, quand Fabian Schär charge deux fois Karim Benzema sans que celui-ci semble même avoir senti le contact, le défenseur de l'équipe de Suisse ne peut l'empêcher de servir Cristiano Ronaldo. Et personne dans la défense rhénane ne peut priver le Ballon d'Or d'un 28e but cette saison (!), d'une 72e réussite dans la compétition, une de plus que son illustre prédécesseur sous le maillot no 7 Raul, à deux longueurs du record que Messi avait établi la veille.

Comme presque aucune autre

Cette réalisation de la 35e n'a pas pour autant brisé les ailes de Bâlois pourtant à la limite de la rupture physique, tant ils ont dû fournir d'efforts pour combler les espaces, boucher les trous, étouffer le talent individuel des princes galactiques. En témoignent deux splendides occasions pour Shkelzen Gashi (une tête non cadrée qui aurait pu devenir un des buts de l'année) et Breel Embolo (arrêt exceptionnel de Keylor Navas) dans la même minute, la 67e.

Immanquablement, en cherchant l'égalisation à tout prix, le FCB s'est de plus en plus découvert au fil des minutes. Mais peu lui importait de plier à nouveau (tir sur la transversale de Bale à la 74e et immense opportunité pour Ronaldo à la 76e): il n'avait que l'égalisation en tête. Sans succès certes. Mais même s'ils se sont inclinés, les Bâlois ont vraisemblablement tenu la dragée haute à l'immense Real - 15e victoire de rang toutes compétitions confondues, record du club égalé - comme presque aucune autre équipe cette saison.