Croatie: un hooligan du Hadjuk Split rentre sur le terrain avec une barre de fer et menace l'arbitre

Les hooligans croates sont parmi les plus violents de la planète. Ce weekend, l'un d'eux, supporter du Hajduk Split, est parvenu à pénétrer sur le terrain et à menacer l'arbitre avec une barre de fer. Les joueurs sont parvenus à protéger l'homme en noir.
13 mars 2017, 17:32
/ Màj. le 13 mars 2017 à 17:34
Masqué et armé d'une barre de fer, l'homme s'est approché de l'arbitre sans pouvoir le frapper.

Les hooligans croates, parmi les plus violents du monde, ont encore fait parler d'eux ce week-end, notamment quand l'un d'eux, masqué, est entré sur un terrain à Split avec une barre de fer. Sanctionnée par le passé par l'UEFA pour les actions de ses hooligans, la Fédération croate (HNS) a condamné lundi ces incidents.

Quasiment chaque journée de championnat est émaillée de violences, provoqués par les supporters des trois grands clubs du pays, le Dinamo Zagreb, le Hajduk Split et Rijeka, qui scandent régulièrement des slogans pronazis.

Ce week-end, le plus spectaculaire fut l'irruption sur la pelouse du Hajduk Split d'un supporter masqué, armé d'une barre de fer, qui souhaitait s'en prendre à l'arbitre de la rencontre contre Rijeka, autre grande ville de la côte adriatique croate.

 

"Les clubs, la sélection et la Fédération sont les otages des hooligans", a déploré la HNS. Elle a invité médias, responsables et supporters à "condamner sans équivoque ce genre de comportements et à prendre leur distances par rapport aux hooligans".

La rencontre, soldée par un nul (1-1) s'est déroulée dans une atmosphère houleuse, la Torcida (ultras de Hajduk) et l'Armada (Rijeka) échangeant des insultes. Des slogans racistes ont été scandés contre un joueur gambien du Hajduk, Hamza Barry. Les deux camps ont uni leurs voix pour appeler au meurtre des Serbes et des habitants de Zagreb.

A quelques minutes de la fin de la rencontre le supporter du Hajduk armé d'une barre de fer a pris en chasse l'arbitre, encouragé par la foule, avant d'être arrêté. Vingt autres personnes ont également été appréhendées pendant et après la rencontre.