Football – Euro 2020: la Suisse s’incline face au Danemark sur le score de 1-0.

L'équipe de Suisse rendre bredouille du Danemark. La Nati s'est inclinée 1-0 en étant une nouvelle fois crucifié en fin de partie. L'unique but de la rencontre a été inscrit par Yussuf Paulsen à la 84ème minute.
12 oct. 2019, 19:51
/ Màj. le 12 oct. 2019 à 20:08
Switzerland's Haris Seferovic, left, fights for the ball against Denmark's Thomas Delaney, right, during the UEFA Euro 2020 qualifying Group D soccer match between Denmark and Switzerland at the Telia Parken stadium in Kopenhagen, Denmark, on Saturday, October 12, 2019. (KEYSTONE/Georgios Kefalas).

La Suisse n'est vraiment pas l'équipe du "money time". Comme à Porto et à Dublin, elle a cédé en fin de rencontre à Copenhague face au Danemark pour concéder une défaite 1-0 qui remet en question sa qualification pour l'Euro 2020.

Crucifiée par une réussite de l'attaquant de Leipzig Yussuf Poulsen à la 84e minute sur une action où les Suisses ont fauté dans leur repli défensif, la sélection de Vladimir Petkovic n'a plus vraiment le choix: elle doit battre l'Eire mardi à Genève pour ne pas dépendre des résultats de ses adversaires directs en novembre prochain. Un autre résultat qu'une victoire la conduirait sans doute vers un barrage en mars prochain pour arracher sur le fil sa qualification. Ce n'était pas l'idée de départ.

 

 

Un gardien en état de grâce

Cette défaite est vraiment cruelle dans la mesure où la Suisse a eu la "malchance" de trouver sur sa route un gardien en état de grâce. Kasper Schmeichel a, en effet, réussi trois parades déterminantes, dont l'ultime au bout du temps additionnel sur une déviation malheureuse de Thomas Delaney. En face, Yann Sommer n'a pratiquement eu aucun arrêt à faire pour s'incliner sur l'unique véritable occasion danoise.

Un hymne danois chanté a capella par plus de 30'000 spectateurs et un jaune brandi à l'encontre de Stephan Lichtsteiner après moins de deux minutes de jeu: on a pu vraiment, l'espace d'un instant de frayeur, se demander à quelle sauce les Suisses allaient être mangés...

Mais, autour d'un excellent Granit Xhaka, la sélection de Vladimir Petkovic a su faire face. A la pause, elle aurait même mérité de regagner les vestiaires avec l'avantage au score. Alors que Yann Sommer n'a pas eu un arrêt à effectuer au cours de ces quarante-cinq premières minutes, Kasper Schmeichel a dû, quant à lui, sortir le grand jeu.

 

 

A la 14e, le portier de Leicester déviait sur sa transversale une frappe de Xhaka avant de s'interposer à la 34e sur une volée d'Admir Mehmedi qui avait été servi par Nico Elvedi. Oui, la maîtrise était bien helvétique avec ce 3-4-3 novateur mais très cohérent.

Meilleur homme de la première mi-temps, Kasper Schmeichel l'était toujours à la reprise. A la 51e minute, il réussissait un arrêt extraordinaire sur un missile de Ricardo Rodriguez. Le Danois déviait à nouveau le cuir sur sa transversale lors de cette action magnifique initiée par Lichtsteiner et prolongée par Haris Seferovic.

L'éclair d'Eriksen

Le scénario du match demeurait à l'identique. La maîtrise du jeu était pour les Suisses et le Danemark attendait un éclair de Christian Eriksen pour forcer la décision. Il est venu à la 84e minute avec ce véritable caviar pour Poulsen qui a pris à défaut toute la défense suisse... Il n'est pas normal que Xhaka et Rodriguez furent les deux derniers joueurs au contact de l'attaquant danois lors de cette fatidique action.