Rolf Fringer: "Barthélémy Constantin m'a dit: Je te jure, je te tue"

Rolf Fringer s'est fait menacer par Barthélémy Constantin et agresser par son père Christian jeudi soir au Cornaredo; le consultant de la rédaction alémanique de Teleclub s'est exprimé après l'incident.
22 sept. 2017, 13:19
/ Màj. le 24 sept. 2017 à 10:40
Christian Constantin et Rolf Fringer font le buzz.

"J'étais debout au bord du terrain avec le présentateur, et nous attendions de faire notre intervention lorsque Barthélémy Constantin, fils de Christian Constantin et directeur sportif du FC Sion, est tout à coup venu m'injurier. Il m'a mis son doigt sous mon nez et m'a dit: "Je te jure, je te tue", a déclaré le consultant de la rédaction alémanique de "Teleclub" Rolf Fringer à "SRF Sport" vendredi en fin d'après-midi. "

Jeudi après l'incident, il expliquait au micro de "Teleclub" le déroulement des incidents. "Soudainement, quelqu'un m'a averti que Christian Constantin me fonçait dessus. À peine retourné, j'ai reçu le premier coup en plein visage. Des coups ont suivi. Je me suis reculé en voulant m'échapper, mais je suis tombé sur la caméra" a poursuivi celui qui s’est retrouvé au sol. L'Autrichien évoquait vendredi qu'il avait reçu environ huit coups sur dix secondes avant que ne tourne la caméra dans les côtes et les fesses. "Je suis encore totalement choqué. C'est quelque chose d'inimaginable."

 

 

 

L’ancien sélectionneur de l’équipe de Suisse ne s'attendait pas à pareille réaction. "Je n'ai pas beaucoup parlé de lui lors du match de Lugano. Dans les émissions de la semaine dernière, j'ai certainement critiqué ses manières et son style de leadership une fois ou l'autre. Mais toujours dans un contexte factuel. Mais je ne l'aurais pas cru capable de se faire justice lui-même de la sorte."

"Je lui ai mis un coup de pied dans le c..."

Christian Constantin a pour sa part expliqué au micro de Teleclub que «cela faisait un moment que Fringer me cherchait. Il m’a cette fois trouvé. Je l’ai empoigné et je lui ai mis un coup de pied dans le cul.» «Je l’avais d’ailleurs prévenu que s’il recommençait son cinéma, il allait avoir affaire à moi. A un moment donné, je ne discute plus... Il faut régler les choses autrement. Je ne me suis pas attaqué à un innocent. Cela fait 10 ans qu’il me dénigre», ajoute-t-il encore dans «Le Matin». «Il méritait une paire de claques. Il a reçu sa paire de claques. Il méritait un bon coup de pied au cul. Il a reçu son coup de pied au cul. Lui ne se gêne pas pour me démolir en direct. Je vois mal ce que je pourrais craindre de la Ligue. Que fait du reste la Ligue quand je me fais verbalement attaquer?»

 

 

 

>> A lire aussi: Football: voilà ce qu'avait dit Rolf Fringer à propos de Christian Constantin

par Gregory Cassaz