Football: voilà ce qu'avait dit Rolf Fringer à propos de Christian Constantin

Le dérapage de Christian Constantin fait suite à certaines critiques qu’il avait subies de la part de l’ancien sélectionneur national. Voilà ce que Rolf Fringer avait dit à propos du président du FC Sion.
22 sept. 2017, 10:31
/ Màj. le 24 sept. 2017 à 10:37
Rolf Fringer.

Le courroux présidentiel est venu d'une interview retranscrite mercredi par Bluewin où Rolf Fringer fustige la politique conduite par Christian Constantin. "Ça fait longtemps que je suis dans le monde du football et on entend toujours que CC est une bonne chose pour la Ligue, que c’est un bon client pour la presse de boulevard…  Mais maintenant je dois dire que tout cela devient ridicule», avait expliqué Rolf Fringer. Saison après saison c’est la même chose. Toute l’attention est focalisée sur lui et à la fin c’est de toute façon ces pauvres entraîneurs qui trinquent.»

Dans l’émission «Kick-Off», l’ancien sélectionneur avait ajouté que «Christian Constantin n’a aucune patience. Pourtant, lorsque vous renouvelez toute l’équipe, vous devez savoir que l'entraîneur et les joueurs ont besoin de temps. Il faut leur accorder votre confiance, au public aussi. Vous ne pouvez pas à chaque fois parler de relégation et de catastrophe si les résultats ne suivent pas immédiatement et alors que tout est fait maison.» « En fait, c’est du typique Christian Constantin, rien de spécial donc….»,a -t-il encore ironisé. 

>> A lire aussi: "Que Constantin soit le symbole de la candidature pour les Jeux Olympiques de 2026 est une véritable plaisanterie"

«Constantin est un narcissique»

Rolf Fringer poursuit. «Son entraîneur idéal n’existe pas. Il n’a même pas respecté le champion du monde Gattuso. Dès que l’équipe perd, il s’approche du banc de l’entraîneur. Christian Constantin est un narcissique qui ne se regarde que lui-même, qui n’a aucune empathie et pas de sentiment pour les autres.» L’attaque verbale de trop pour celui qui y a répondu physiquement. 

Il y a deux ans déjà, Rolf Fringer, alors directeur sportif du FC Lucerne, avait tenu des propos très durs à l'encontre de Christian Constantin qui était déjà intéressé par la venue de Marco Schneuwly, une venue concrétisée en juin dernier. "Ce que M. Constantin a fait ne se fait tout simplement pas. Quand on s’intéresse à un joueur, on s’adresse d’abord à son club. Il y a des règles à respecter lorsqu’un joueur est sous contrat...", avait lâché Rolf Fringer. 
 

par Gregory Cassaz