Footballeurs professionnels, ils n'ont qu'un but: retrouver un club

Des joueurs sans contrat se sont retrouvés ce week-end à Nyon. Au menu: des rencontres pour taper dans l'oeil des recruteurs.
07 août 2015, 11:33
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
En recherche d'un club, certains joueurs sans contrat ont joué ce week-end à Nyon. Devant l'oeil des recruteurs.

A l’heure où le monde du ballon rond est focalisé sur le présent marché des transferts, il y en a d’autres pour qui le quotidien est nettement moins médiatisé. Il existe, dans l’ombre, des joueurs qui, après avoir goûté au monde professionnel, doivent retrouver un contrat. A l’occasion du tournoi FIFPro de la zone Europe, disputé ce week-end à Nyon - regroupant la Suisse, la Grèce, la Slovénie, la Serbie et la Bulgarie - et qui permet aux joueurs de ses équipes une vitrine internationale, zoom sur le quotidien de ces professionnels au chômage technique.

Présent durant ce tournoi dans un rôle de médiateur entre les joueurs et les recruteurs, Sébastien Roth connaît bien cette situation. L’ancien gardien de l’équipe nationale a dû pointer au chômage après la faillite du Servette en 2005. «Cette période a été très difficile, raconte le Genevois. Tous les matins, tu dois trouver la force et la motivation pour aller t’entrainer. Tu vis dans une incertitude quotidienne car c’est les dirigeants qui ont le dernier mot.»

Il existe néanmoins un syndicat de footballeurs qui s’occupe de ceux qui n’ont pas reçu une prolongation de contrat. La SAFP, basée à Zürich, offre à ces joueurs un cadre d’entrainement digne d’un club pro. «On s’entraine tous les jours, explique le gardien Thomas N’Guettia, qui a évolué avec la sélection helvétique ce week-end. Il y a un staff technique confirmé qui nous aide à travailler dur afin de garder le niveau. L’association trouve entre un ou deux matches amicaux par semaine, ce qui nous permet de nous montrer.» Mais pour les joueurs solitaires ou les membres de l’association, le combat reste le même: retrouver un contrat professionnel. «Quand tu as gouté à ce niveau, tu veux tout faire pour le retrouver, explique Patrick Akessi, ancien joueur de Trévise. C’est notre seule motivation. C’est se qui nous pousse à nous donner tant de mal à chaque match afin de se faire remarquer par les recruteurs

L'intégralité du reportage est à retrouver dans notre édition de mardi.