GC s'offre un succès de prestige dans l'antre du FC Bâle

Vainqueurs au Parc Saint-Jacques de Bâle, les Grasshoppers reviennent à dix longueurs du FCB au classement.
08 nov. 2015, 20:13
/ Màj. le 08 nov. 2015 à 22:45
GC aurait-il relancé la course au titre ?

Performance de taille lors de la 15e journée de Super League: Grasshopper s'est imposé 3-2 au Parc Saint-Jacques contre un FC Bâle qui avait jusque-là remporté ses sept matchs à domicile cette saison. Un succès arraché à la 80e par Munas Dabbur, après avoir mystifié la charnière centrale Suchy - Akanji et trompé Vaclik avec l'aide des... deux poteaux !

Bien sûr, il est difficile d'affirmer que le championnat est relancé, le FCB conservant tout de même dix points d'avance sur GC. Mais ne faisons pas la fine bouche. Après tout, dix points de retard, c'est mieux que seize. Et quand les Rhénans, menés 2-0 à la pause, sont revenus à 2-2, l'hypothèse d'assister à un nouveau succès bâlois était tout sauf irréaliste.

GC a énormément souffert de la sortie sur blessure de son maître à jouer Kim Källström (55e). Avant cela, il avait frappé par l'intenable Yoric Ravet (19e) - pourtant en position de hors-jeu - et Marek Suchy contre son camp (25e). Revigoré sous l'impulsion de Breel Embolo, Bâle (privé entre autres de Bjarnason, Delgado, Gashi et Janko) a réagi par Davide Callà (62e) et par son joyau de Yaoundé (74e). A noter qu'il aurait dû bénéficier (au moins) d'un penalty, notamment pour une faute grossière d'Alban Pnishi sur Embolo à la... 93e. L'arbitre en a décidé autrement.

Carlitos retrouve ses jambes

Malgré la répétition des matchs et les absences de poids (Konaté, Kouassi, Lacroix, Pa Modou), le FC Sion s'est relevé au bon moment. En s'imposant 2-0 chez elle contre Lucerne, une semaine après sa débâcle à Lugano (3-0), la formation de Didier Tholot s'est relancée en remontant à la quatrième place du classement, soit dans le groupe des "Européens". Elle n'accuse plus que trois longueurs de retard sur les Young Boys.

Ce succès porte la signature d'un Carlitos ayant retrouvé ses jambes. Si, à 33 ans, le Portugais n'est plus capable de se montrer décisif à chaque sortie - surtout lors d'une telle succession de rencontres -, il demeure l'atout principal du club valaisan quand il est en forme. Le missile qu'il a armé de plus de trente mètres à la 34e pour l'ouverture du score et le décalage qu'il a provoqué en trouvant Edimilson Fernandes, dont la passe parfaite a permis à Ebenezer Assifuah de doubler la mise à la 62e, en ont apporté une nouvelle preuve.

Trois jours après avoir arraché le nul contre Bordeaux en Europa League (1-1), Sion a ainsi fait preuve de maîtrise et de contrôle, laissant souvent à Lucerne l'initiative du jeu pour mieux contrer. Les choses auraient toutefois pu tourner au vinaigre pour les Sédunois si Marco Schneuwly n'avait pas raté deux très grosses occasions dans la première demi-heure de jeu. Il faut relever la prestation convaincante d'Assifuah à la pointe de l'attaque, en remplacement du suspendu Moussa Konaté.

Deux clubs en souffrance

Quatrième match sans victoire: l'automne devient de plus en plus rude pour les Young Boys, tenus en échec à Lugano (1-1). Malgré une emprise presque totale en seconde période, les Bernois ont lâché deux points devant le néo-promu, qui a frappé le premier, par Rossini. L'égalisation est tombée à la 73e minute sur un but contre son camp de Datkovic.

Force est de constater que les temps actuels sont plus durs pour les Bernois (trois points en quatre matchs ainsi qu'une élimination en Coupe de Suisse) qu'aux débuts sur le banc d'Adi Hütter (quatre succès consécutifs). Le coach autrichien tâtonne encore et attend avec impatience la préparation hivernale pour enfin mettre en place le football qu'il prône.

Comme YB, le FC Zurich n'y arrive pas non plus. Tenue en échec par Vaduz (1-1), l'équipe de Sami Hyypiä attend toujours sa première victoire de la saison à domicile après sept tentatives ! N'ayant connu que des victoires (5) depuis qu'il dirige Thoune, Jeff Saibene a vu sa série prendre brutalement fin à domicile, qui plus est contre son ancienne équipe, Saint-Gall (2-0).