Nouveau clash entre Pep Guardiola et le staff médical du Bayern Munich

Après son troisième échec à la tête du Bayern Munich en Ligue des Champions, Pep Guardiola a visiblement de la peine à digérer l'élimination. L'entraîneur espagnol s'en est à nouveau violemment pris à son staff médical. Ribéry a dû intervenir pour le calmer.
06 mai 2016, 12:27
/ Màj. le 06 mai 2016 à 12:30
Selon Bild, Ribéry a dû intervenir pour calmer Guardiola, furieux contre les soigneurs du Bayern Munich (archives).

Une nouvelle dispute a opposé mercredi soir l'entraîneur de Bayern Munich Pep Guardiola à l'équipe médicale du club, au terme du match face à l'Atletico Madrid qui a vu l'élimination des Bavarois de la Ligue des champions, rapporte "Bild" vendredi. Dernier épisode d'une histoire qui promettait d'être belle mais qui laissera un goût d'inachevé.

Selon "Bild", le technicien espagnol, dont les relations avec le staff médical sont notoirement tendues, a vertement pris à partie les soigneurs, coupables selon lui de ne pas remettre assez vite sur pieds plusieurs joueurs. "A l'Atletico, Godin (NDLR: blessé au match aller mais présent au retour) est vite revenu en forme. Pourquoi vous n'y arrivez pas, vous? Pourquoi les blessures durent-elle si longtemps chez nous?" a demandé Guardiola aux soigneurs.

L'un d'eux lui a alors répondu: "Il ne peut pas dire ça, tu n'as pas le droit de dire ça! Tu as tous les joueurs à ta disposition. Tous, à l'exception de Robben et de Badstuber!" "Bild" rapporte encore que, selon des témoins, Frank Ribéry, présent lors de l'esclandre, s'est interposé "pour éviter vraisemblablement le pire".

Les tensions entre Guardiola, qui quitte le Bayern à la fin de la saison pour rejoindre Manchester City, et les soigneurs du club ne sont pas nouvelles. L'entraîneur catalan a régulièrement reproché aux médecins leurs méthodes de prise en charge des joueurs ou les périodes de convalescence. En avril 2015, le médecin historique du club bavarois, Hans-Wilhelm Müller-Wohlfahrt, avait ainsi rendu son tablier, en froid avec Guardiola. Le praticien de 72 ans, médecin de la sélection nationale allemande qui a en outre conseillé la star du sprint Usain Bolt, exerçait ses fonctions au Bayern depuis avril 1977, soit depuis près de 40 ans.

Louanges de Simeone

Ces tensions sont à replacer dans un contexte global. Arrivé en grande pompe en Bavière auréolé de son statut de bâtisseur du grand Barça, Pep Guardiola a certes conduit le Bayern à des sommets footballistiques, mais il a encore échoué à l'emmener en finale de Ligue des champions. Dont le club était détenteur à son intronisation. Le troisième titre consécutif en Budesliga qui se profile - peut-être dès samedi à Ingolstadt - ne suffisent pas.

C'est le bourreau des ambitions européennes du Bayern qui le dit. Pour Diego Simeone, entraîneur de l'Atletico Madrid, "nous avons joué contre la meilleure équipe de toute ma carrière". "C'est incroyable comme ils ont joué", a encore affirmé l'Argentin mardi, visiblement admiratif du travail de son homologue.

C'est vrai que la demi-finale retour de Ligue des champions, gagnée par le Bayern (2-1) mais synonyme d'élimination après la défaite de l'aller (1-0), fut un monument d'intensité. "On n'a atteint aucune finale de Ligue des champions mais je suis très fier de l'équipe", avait de son côté estimé Pep Guardiola. "Ce soir, on a joué le football qu'on voulait jouer, il n'a manqué qu'un but."

"J'étais la bonne personne"

Pourtant, le passage en Bavière du Catalan, qui rejoindra l'autre demi-finaliste malheureux Manchester City cet été, sera toujours entaché de ces trois éliminations consécutives en demi-finale de Ligue des champions. "Mon objectif était de remporter la Ligue des champions avec le Bayern après l'avoir fait avec Barcelone", en 2009 et 2011, a expliqué Guardiola. "Je voulais atteindre la finale, je n'y suis pas parvenu, j'espère que Carlo Ancelotti (NDLR: son successeur) pourra le faire la saison prochaine".

C'est le lot des entraîneurs des meilleurs clubs: ni la qualité du jeu, ni les titres nationaux ne suffisent plus. La réussite ou l'échec d'un entraîneur semble ne plus devoir se mesurer qu'à l'aune des performances dans la compétition reine, la Ligue des champions. A ce titre, l'entraîneur star, recruté cher par le club bavarois, a été régulièrement tancé, notamment par la presse allemande, pour son manque de résultats dans cette compétition. Même si les joueurs bavarois se sont pour la plupart déclarés partisans de Guardiola.

"Je ne sais pas ce que j'ai donné au Bayern, je sais tout simplement que j'ai essayé dès le premier jour d'aider mes joueurs", a estimé ce dernier. "J'étais la bonne personne pour le Bayern. Je connais la mentalité en Allemagne et j'ai fait de mon mieux, je n'ai aucun regret."