Super League: les rencontres du week-end

Sion n'a (toujours) pas gagné à Berne, Lausanne toujours difficile.
20 nov. 2016, 18:51
/ Màj. le 20 nov. 2016 à 18:53
La formation de Fabio Celestini bat de l'aile.

La malédiction n'est pas rompue ! Pour la vingt-cinquième fois de rang, Sion n'a pas gagné en championnat à Berne, battu 4-3 par les Young Boys au terme d'un match splendide.

Menés deux fois au score, les Bernois ont forcé la décision sur un penalty provoqué et transformé par Guillaume Hoarau à la 71e minute. Buteur au sang-froid et à la précision clinique, le Réunionnais n'a laissé aucune chance à Anton Mytruschkin pour infliger au FC Sion sa première défaite depuis le 21 août dernier. La première, surtout, de l'ère Peter Zeidler.

Sion lésé

Au Stade de Suisse, le technicien allemand a pu mesurer à son tour tout le poids du "Röstigraben" qui peut peser dans le monde particulier du football suisse. Une fois de plus en effet, le FC Sion a été lésé en terre alémanique. L'arbitre Fedayi San n'a pas eu le courage de siffler le penalty qui s'imposait sur deux interventions de Steve Von Bergen à la 58e minute face à Carlitos et à Grégory Karlen. A cet instant de la rencontre, Sion menait 3-2. Et croyait enfin, grâce un doublé de Moussa Konaté et à une réussite de Chadrac Akolo, tenir sa première victoire en championnat à Berne depuis le 17 août 1996, une époque, il est vrai, où le standing du football romand imposait un plus grand respect.

"Sion aurait mérité de cueillir au moins un point", lâche avec honnêteté l'entraîneur des Young Boys Adi Hütter. Ce fut un match extraordinaire pour les spectateurs, moins pour les entraîneurs..."

Une cinquième défaite de rang pour Lausanne

Ce dimanche a également été bien sombre pour Lausanne. Battu 2-0 à Saint-Gall, le néo-promu a concédé sa cinquième défaite de rang pour limiter aujourd'hui ses uniques ambitions au maintien. Les Saint-Gallois ont marqué après la pause par Roman Buess et par le joker Yannis Tafer pour signer une victoire somme toute méritée. Et c'est là sans doute le plus alarmant pour la formation de Fabio Celestini.

Avant de recevoir les Young Boys, Lausanne, qui voit son adversair du jour et les Grasshoppers (1-1 devant Thoune) revenir à sa hauteur au classement, compte un matelas de cinq points sur la "lanterne rouge" Vaduz. A Saint-Gall, les Vaudois ont, à de rares instants, joué ce football qui, il y a deux mois, était salué dans toute la Suisse. Il leur faut toutefois retrouver une véritable efficacité dans les deux surfaces pour que cette saison, si bien partie, ne se conclut pas d'une manière bien amère.