Amical: la Suisse clôt sa préparation aux mondiaux par une défaite

A Lyon, la Suisse s'est inclinée en prolongation 6-5, pour son dernier match de préparation avant le Championnat du monde en République tchèque.
07 août 2015, 15:21
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Antoine Roussel marque le but final dans les cages de Reto Berra.

A une semaine de leur affrontement à Prague dans le cadre du Mondial, Suisses et Français ont tenu à bander leurs muscles et à ne pas laisser l'adversaire repartir avec le moindre avantage psychologique. Menée 4-1, la troupe de Glen Hanlon a remonté son passif de trois buts pour avoir le droit de disputer une prolongation. Mais sur un tir du joueur de Dallas Antoine Roussel dans le temps supplémentaire, la France a signé un joli succès.

La Suisse est bien entrée dans la partie. Sur son premier jeu de puissance, elle a trouvé l'ouverture (4e) grâce à Mark Streit d'un tir précis qui n'a laissé aucune chance à Cristobal Huet. Bodenmann a ensuite testé les réflexes du portier lausannois qui a sorti la jambière à bon escient.

Puis la Suisse a connu une période d'indiscipline. Conséquence naturelle, la France ne s'est pas gênée pour la punir. La ligne Desrosiers-Stéphane Da Costa-Roussel a été particulièrement efficace puisque les trois acolytes ont fait passer le score de 0-1 à 3-1 à la 24e. Puis Berra a commis une bourde qui a offert le 4-1 à Bertrand quelques secondes plus tard. Dimanche prochain à Prague, les Suisses auront intérêt à surveiller cette première triplette offensive, qui donne l'impression de se trouver les yeux fermés.

C'est curieusement à ce moment-là que la Suisse a refait surface. Presque sans crier gare. Un but de Suri dans l'anonymat (26e), puis un autre de Bieber et enfin une égalisation signée Scherwey (38e). Le tout sans imposer son jeu ni exercer une domination outrancière sur les joueurs de Dave Henderson. Ce sont d'ailleurs ces derniers qui ont réussi à reprendre l'avantage sur une nouvelle supériorité numérique magnifiquement conclue par Auvitu juste avant la deuxième pause.

Du côté helvétique, la présence de Mark Streit a clairement marqué les esprits. Directeur du power-play, précis dans ses passes et rapide dans son exécution, le Bernois de 37 ans est bien le leader de cette équipe. On ne peut qu'espérer voir débarquer Roman Josi, Luca Sbisa et Yannick Weber pour soulager le vétéran des Philadelphia Flyers.

Mais Glen Hanlon ne dévoilera son cadre définitif que mardi à 17h30. Reste qu'on n'imagine assez mal le sélectionneur se passer d'un atout offensif comme Kevin Fiala. En ce qui concerne Sven Bärtschi, le fait qu'il puisse être engagé en play-off d'AHL avec Utica le pousse irrémédiablement sur la touche aux yeux du coach canadien qui souhaite avoir son groupe complet avant de partir à Prague. La seule exception s'appelant Nino Niederreiter, encore en course pour les demi-finales de Conférence Ouest avec le Minnesota Wild.