A Morges, les vacances sont terminées

Ouvertement critiqués par leur coach pour leur comportement, les Bulldogs ont réagi samedi.
06 août 2015, 14:44
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6426909.jpg

sports@lacote.ch

Lorsque l'on sort de ses gonds pour fustiger publiquement l'attitude de certains joueurs, on s'attend forcément à une réaction d'orgueil. Et réaction, il y a eu.

Piqués au vif par les vives critiques de leur entraîneur Laurent Perroton ( lire La Côte de jeudi ), les Morgiens ont montré une tout autre attitude pour finalement passer l'épaule face à une coriace équipe de Saint-Imier. " Aujourd'hui, j'ai retrouvé mon équipe, avec des valeurs, du courage et de l'abnégation ", analysait le technicien français une fois la rencontre terminée.

Car si tout ne fut de loin pas parfait, le suspense intense (Merz offrit la victoire après le neuvième tir au but) et l'intensité déployée ont eu le mérite de faire oublier quelque peu les imprécisions techniques.

 

Intensité physique

 

Dès l'entame de la partie, l'engagement des deux formations fut total. Le pressing de chacune d'entre elles empêchait l'adversaire de relancer proprement le jeu depuis sa base arrière respective. Entre les charges viriles mais correctes, les visiteurs, qui sortaient d'une probante victoire face à Guin, dégainèrent les premiers. Profitant d'une glissade de Ducret, Duplan s'en alla seul tromper aisément Grégory Thuillard, sorti à sa rencontre, afin d'ouvrir la marque (13 e ). Le dernier rempart morgien s'illustra par la suite par deux arrêts miracles qui permirent à ses coéquipiers de rester dans la partie.

L'intensité monta encore d'un cran lorsque Tomas Stastny égalisait en supériorité numérique au terme d'une triangulation d'école. Les deux formations, proches l'une de l'autre, se rendaient coup pour coup, au sens propre comme au figuré, mais ne parvenaient pas à se départager d'un point de vue comptable.

Après une deuxième période sans grand relief, les deux adversaires remirent le bleu de chauffe pour offrir un spectacle décousu, mais captivant. " Il y a encore des lacunes, notamment dans les sorties de zone mais cela se travaille. Il faut premièrement trouver une mentalité et ce soir j'ai vu des guerriers ", confiait Laurent Perroton, fier de ses hommes.

 

Un suspense insoutenable

 

L'égalisation à deux partout de Mathew Stastny démontrait cet esprit d'équipe naissant. Toujours équilibrée, la rencontre mettait en lumière les gardiens de but, tous deux anciens pensionnaires de LNA, Grégory Thuillard et Sébastien Kohler, qui brillaient de mille feux afin de préserver un score de parité.

Les prolongations virent Mathew Stastny et Pascal Stengel pour les Bernois, peut-être cinéphiles avertis, rater la balle de match pour mieux laisser place à un suspense "hitchcockien". En effet, ce ne fut qu'après le neuvième tir au but que Forward passa l'épaule pour le plus grand plaisir de ses supporteurs tendus. " C'est une belle victoire. Une rencontre serrée comme le public les aime , continuait l'homme fort des Eaux-Minérales. Nous possédons désormais dix jours de pause avant la prochaine rencontre (ndlr: face à Star Lausanne) . Mais nous allons beaucoup travailler sur l'intensité. "