Jamaïque: Usain Bolt a fait des adieux émouvants à son public à Kingston

Samedi à Kingston, Usain Bolt a fait des adieux émouvants à son public jamaïcain, notamment en lui offrant une belle victoire sur 100 m. L'homme le plus rapide de l'histoire mettra un terme à sa carrière en fin de saison, à 30 ans.
11 juin 2017, 09:41
/ Màj. le 11 juin 2017 à 09:42
Usain Bolt, l'homme le plus rapide de l'histoire, surnommé "L'Eclair", a illuminé une dernière fois la nuit de Kingston.

Usain Bolt a fait ses adieux samedi à Kingston à un public jamaïcain survolté, en lui offrant une victoire sur 100 m et un dernier tour d'honneur mêlant émotion et show.

L'homme le plus rapide de l'histoire, surnommé "L'Eclair", a illuminé une dernière fois la nuit de Kingston. Attendu par 30'000 spectateurs, arrivés pour certains en début d'après-midi pour être sûr d'assister à un événement historique, son dernier 100 m en Jamaïque a duré un peu plus de dix secondes (10''03).

 

 

"Je ne pense pas avoir été aussi nerveux dans ma carrière pour une course, l'ambiance dans le stade m'a rendu nerveux", a admis le Jamaïcain le plus célèbre de la planète, qui raccrochera ses pointes en fin de saison à 30 ans. "Quand j'ai débuté dans l'athlétisme, mon seul but était de devenir champion olympique du 200 m, je ne me suis jamais cru capable de devenir une légende de mon sport", a rappelé celui qui affiche à son palmarès onze titres mondiaux.

Bolt est resté à bonne distance de son record du monde (9''58) et n'a pas réussi le meilleur chrono de la soirée, puisque son redoutable compatriote Yohann Blake a remporté en 9''97 son 100 m programmé plus tôt pour ne pas gâcher la fête.

Mais ni Blake, ni le Sud-Africain Wayde van Niekerk, auteur de la meilleure performance mondiale de l'année sur 200 m (19''84), ni des grands noms de la discipline comme Mo Farah, David Rudisha et Allyson Felix n'ont réussi à détourner l'attention du public du Stade national, obnubilé par son héros.

Fanfare militaire et tapis rouge

A un peu plus d'une heure de sa course, baptisée pour l'occasion "L'adieu à une légende", les tribunes se sont embrasées avec des cris et le son strident des vuvuzelas lorsqu'un 4x4 noir a entamé lentement un tour du stade.

Tout sourire, Bolt, habillé de noir, a salué les spectateurs, avant d'être accueilli comme un chef d'Etat avec fanfare militaire et tapis rouge par le Premier ministre jamaïcain Andrew Holness et par le président de la Fédération internationale (IAAF), Sebastian Coe. "Sa contribution à notre sport a été énorme", a insisté Coe.

 

 

Après sa course, l'octuple champion olympique, détenteur des records du monde des 100 et 200 m et 4 x 100 m, a remercié le public pour son soutien depuis son arrivée sur la scène internationale en 2002 avec son titre mondial chez les juniors sur cette même piste du Stade national.

Pour le plus grand plaisir des spectateurs et des photographes, il a esquissé son emblématique geste par lequel il célèbre ses victoires, mimant avec ses bras un éclair.

Il a ensuite embrassé la ligne d'arrivée, avant de repartir préparer son dernier grand rendez-vous, les Championnats du monde de Londres où il vise, en août, le triplé 100 m/200/relais 4x100 m.