Mondiaux de Schladming: Svindal roi de la descente

Le Norvégien Aksel Lund Svindal a remporté samedi la descente des Mondiaux de Schladming en Autriche.
07 août 2015, 10:58
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
epa03574778 Aksel Lund Svindal (NOR) after his run in the men's downhill race as part of the Alpine Skiing World Championships in Schladming, Austria, 09 February 2013.  EPA/HANS KLAUS TECHT

La descente des Mondiaux de Schladming (Aut) ne pouvait pas couronner un plus beau roi. Son nom: Aksel Lund Svindal.

Cette épreuve devait revenir à une figure de la descente. Verglacée avec de nombreux mouvements de terrain, dotée de longs sauts, très tournante, la piste Planai n'avait rien d'une sinécure. Et la mauvaise visibilité n'a rien arrangé à l'affaire. Pas étonnant dès lors de retrouver Svindal à la première place. Le champion scandinave allie toutes les qualités nécessaires: une technique irréprochable, une force physique impressionnante et un mental d'acier.

Le Norvégien a livré une descente proche de la perfection, taillant des courbes dont lui seul à le secret. Et il le fallait pour contenir Dominik Paris. Plus sérieuse menace de Svindal en Coupe du monde cet hiver, l'Italien l'a aussi été aux Mondiaux en terminant à la 2e place à 46 centièmes.

Déjà médaillé de bronze mercredi en super-G, Svindal a aussi prouvé - s'il le fallait encore - qu'il était l'homme des rendez-vous majeurs. A 30 ans, il compte désormais huit médailles aux Mondiaux, auxquelles s'ajoutent trois podiums aux Jeux olympiques.

Surtout, avec cinq titres mondiaux, Svindal grimpe au troisième rang des skieurs les plus dorés de l'histoire, ex aequo avec Ingemar Stenmark (Su), Gustavo Thoeni (It) et Kjetil Andre Aamodt (No). Seuls l'Autrichien Toni Sailer (7 titres) et le Français Jean-Claude Killy (6) ont fait mieux.

Loin derrière Svindal et Paris, à près d'une seconde de la victoire, le podium a été complété par David Poisson. Le natif d'Annecy a signé la deuxième surprise française de ces Mondiaux, trois jours après la médaille d'argent de Gauthier de Tessières en super-G. Nouvelle cruelle désillusion en revanche pour l'Autriche, avec Klaus Kröll au pied du podium.

Les Suisses se reprennent

Quant aux Suisses, ils méritent des louanges. Largués cet hiver en descente, ils ont réussi à relever la tête pour la course la plus importante de la saison. Cela n'a certes pas suffi pour monter sur le podium, mais leur tir groupé dans le top 10 constitue un bon résultat au vu de leurs difficultés actuelles. Le meilleur d'entre eux, Silvan Zurbriggen, s'est classé au 6e rang, suivi de près par Patrick Küng (7e) et Didier Défago (8e).

Tous trois ont crânement joué leur chance sur la redoutable Planai. Et cela a payé. Poings serrés dans l'aire d'arrivée les deux Valaisans et le Glaronais ne se sont d'ailleurs pas trompés: ils ont bel et bien réussi leur descente des championnats du monde. De quoi leur redonner le moral et d'envisager la suite de la saison avec davantage d'optimisme.