Bacsinszky et Golubic offrent la promotion à la Suisse

Timea Bacsinszky et Viktorija Golubic ont gagné le point de la promotion dans le groupe mondial 1 après leur victoire en double en Pologne. La Suisse évoluera donc dans les huit meilleures équipes de FedCup!
07 août 2015, 15:19
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Switzerland's Viktorija Golubic, right, and Timea Bacsinszky celebrate as they win their double match with Poland's Agnieszka Radwanska and Alicja Rosolska during their Fed Cup World Group Playoff tennis match between Poland and Switzerland, in Zielona Gora, Poland, Sunday, April 19, 2015. (AP Photo/Alik Keplicz)

La Vaudoise et la Zurichoise se sont imposées 2-6 6-4 9-7 en 2h36' face à la paire polonaise Agnieszka Radwanska/Alicija Rosolska dans le cinquième match du barrage organisé à Zielona Gora. Elles ont conclu la partie sur leur première balle de match, profitant d'une volée basse manquée par Alicija Rosolska, après avoir servi une première fois pour le gain de la rencontre à 5-4!

Ce succès semblait pourtant difficile à envisager après le quatrième simple du week-end. Martina Hingis, qui était supposée faire équipe avec Timea Bacsinszky en double, s'inclinait 4-6 7-5 6-1 face à Urszula Radwanska (WTA 114) après avoir mené 6-4 5-2. La St-Galloise de 34 ans craquait mentalement puis, surtout, physiquement. Touchée à une cuisse, elle était même incapable de pousser sur ses jambes au moment de servir dans le dernier jeu.

La Vaudoise et la Zurichoise se sont imposées 2-6 6-4 9-7 en 2h36' face à la paire polonaise Agnieszka Radwanska/Alicija Rosolska dans le cinquième match du barrage organisé à Zielona Gora. Elles ont conclu la partie sur leur première balle de match, profitant d'une volée basse manquée par Alicija Rosolska, après avoir servi une première fois pour le gain de la rencontre à 5-4!

Hingis craque

Ce succès semblait pourtant difficile à envisager après le quatrième simple du week-end. Martina Hingis, qui était supposée faire équipe avec Timea Bacsinszky en double, s'inclinait 4-6 7-5 6-1 face à Urszula Radwanska (WTA 114) après avoir mené 6-4 5-2. La St-Galloise de 34 ans craquait mentalement puis, surtout, physiquement. Touchée à une cuisse, elle était même incapable de pousser sur ses jambes au moment de servir dans le dernier jeu.

"Une demi-heure de pause entre le quatrième simple et le double, cela n'était pas suffisant pour être à nouveau prête à en découdre", lâchait Martina Hingis. "Je ne voulais pas commettre la même erreur qu'il y a 17 ans et jouer en n'étant pas à 100%", poursuivait la St-Galloise en faisant référence à la défaite subie aux côtés de Patty Schnyder dans le double décisif de la finale de 1998 face à l'Espagne.

Son forfait pour le double fut cependant sans conséquence. Timea Bacsinszky (25 ans) et Viktorija Golubic (22 ans) ont en effet su élever considérablement leur niveau de jeu après la perte d'un premier set dans lequel elles furent largement dominées. Elles auraient même pu s'imposer plus nettement, mais elles manquaient une balle de double break à 4-2 dans le dernier set avant de craquer à 5-4 alors que Timea Bacsinszky avait mené 30/0 sur son service.

Bacsinszky impressionnante

Cette promotion vient notamment récompenser Timea Bacsinszky. Solide en double, la 22e joueuse mondiale s'est montrée irrésistible en simple en écrasant Urszula Radwanska samedi (6-2 6-1) puis sa soeur aînée Agnieszka (WTA 9) dimanche (6-1 6-1) pour permettre à son équipe de mener 2-1. Elle affiche désormais un bilan 2015 de 23 victoires pour 3 défaites, dont deux subies face à des membres du top 10.

"Je suis très, très fière de ce que j'ai réalisé. Ca semblait facile face à Agnieszka, mais ça ne l'était pas du tout", lâchait l'héroïne du week-end, qui soulignait l'importance du soutien de l'ensemble de l'équipe. "Je me sentais vraiment très bien sur le court. Nous avons bien joué en double. J'avais confiance en Viktorija, même si nous ne nous étions pas entraînées ensemble durant la semaine", glissait-elle.

Une première depuis 2004

L'équipe de Suisse de FedCup n'avait plus fait partie de l'élite depuis 2004. La Suisse avait alors perdu sa place en même temps que le groupe I passait de 16 à 8 équipes, échouant ensuite à deux reprises en barrage (en 2005 contre l'Autriche et en 2013 face à l'Australie, à chaque fois à domicile). Timea Bacsinszky, qui faisait les deux fois partie de l'équipe, a effacé l'ardoise de la plus belle des manières.