Federer finaliste à Madrid

Roger Federer disputera demain la finale du Masters 1000 de Madrid. Impressionnant vainqueur (6-2 6-3) de Janko Tipsarevic (no 7) samedi, le Bâlois ravira la place de no 2 mondial à Rafael Nadal s'il prend le meilleur sur Tomas Berdych (no 6).
06 août 2015, 09:23
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
00538506

«Je ne savais même pas pour la place de no 2 mondial,  assurait-il. J'essaie de me concentrer sur mon jeu, de bien jouer,  d'enchaîner les victoires, ce que j'ai réussi à faire jusque-là.  J'ai joué de mieux en mieux chaque jour.» 

Vainqueur de six des neuf tournois qu'il a joués depuis sa  demi-finale perdue à l'US Open 2011 face à Novak Djokovic, Roger  Federer disputera sa 104e finale sur le circuit principal, la 32e dans un Masters 1000 et la cinquième à Madrid. Titré dans la  capitale espagnole en 2006 - le tournoi se disputait alors en salle sur une surface dure - et en 2009 sur une terre battue  traditionnelle, il y a échoué au stade ultime de la compétition en  2007 - en indoor - et en 2010.  

S'il s'adjuge un 74e titre dimanche sur la terre battue bleue de  Madrid, le Bâlois de 30 ans rejoindra par ailleurs Rafael Nadal,  qu'il avait battu en finale de l'édition 2009 juste avant de  triompher à Roland-Garros, au palmarès des Masters 1000. Il en est  à 19 trophées dans cette catégorie depuis sa victoire fêtée à  Indian Wells en mars. 

Berdych tient la forme 

Roger Federer partira favori face à Tomas Berdych (ATP 7), qu'il  a battu à dix reprises en quatorze confrontations. Il a qui plus  est nettement dominé le Tchèque lors de leurs deux duels livrés sur  terre battue. Ces deux matches remontent cependant à la période où  l'homme aux 16 titres du Grand Chelem régnait sur la planète  tennis: il s'était imposé 6-2 6-1 à Hambourg en 2005, puis 6-3 6-2  6-3 une année plus tard à Roland-Garros. 

«Berdych représente une grosse menace, soulignait Roger Federer.  Je m'attends à des échanges brefs, des grosses frappes des deux  côtés. J'espère pouvoir jouer un match propre sur mon service. Il peut vraiment imposer son jeu, en retour ou au service, et ça le  rend difficile à jouer. Il m'a battu lors de deux matches très  importants dans ma carrière, à Wimbledon (en quart de finale de l'édition 2010) et aux Jeux olympiques (en 2004, au 2e tour), et  ces deux défaites sont très présentes dans mon esprit.» 

Demi-finaliste à Monte-Carlo il y a quelques jours, Tomas  Berdych a cependant lui aussi sorti le grand jeu à Madrid. Le  Tchèque de 26 ans a concédé samedi ses deux premiers jeux de  service de la semaine, ce qui ne l'a pas empêché de prendre le  meilleur sur le no 11 mondial Juan Martin Del Potro (7-6 7-6). «Peu  importe que je n'aie encore perdu aucun set, ça ne compte pas en  finale. La chose positive, c'est que j'ai pu conserver de l'énergie  cette semaine, et que je serai frais pour la finale», lâchait-il.  

Tipsarevic dépassé 

Roger Federer a néanmoins fait encore mieux dans ce domaine:  Milos Raonic, qui ne s'était incliné que 4-6 7-5 7-6 au 2e tour,  est le seul joueur à avoir signé un break face au Bâlois cette  semaine. Samedi, Janko Tipsarevic n'a ainsi remporté que 12 points  à la relance, dont 2 dans un premier set où il a profité de deux  doubles fautes consécutives de son adversaire pour mener 0/30 dans  le cinquième jeu alors qu'il venait de concéder son propre  engagement ! 

«Bourreau» du no 1 mondial Novak Djokovic la veille, Janko  Tipsarevic s'offrait son unique balle de break de l'après-midi dans  le septième jeu de la seconde manche, mais manquait alors son  attaque de revers. Roger Federer (25 coups gagnants et 13 fautes  directes samedi), qui menait alors 4-2, préservait cet avantage  jusqu'au bout. Il concluait la partie sur un service gagnant, après  67' d'une lutte inégale.