Masters de Londres: Djokovic reste le boss

Novak Djokovic demeure le "boss". Le vainqueur de la Race 2012 a enlevé le premier choc du Masters de Londres.
06 août 2015, 15:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Cette fin d'année appartient bien à Djokovic.

Le Serbe Novak Djokovic s'est imposé 4-6 6-3 7-5 face à Andy Murray pour prendre une option très sérieuse sur la qualification pour les demi-finales.

Victorieux 7-6 6-3 dimanche de Jo Wilfried Tsonga, Djokovic se retrouve bien sûr dans une position idéale avant de rencontrer Tomas Berdych vendredi. Une victoire de Tsonga sur Berdych mercredi soir lui assurerait même d'ores et déjà sa qualification.
 
Après avoir perdu d'entrée de jeu son service, Djokovic a pris son temps pour trouver ses marques sur le court de l'O2 Arena. Il a attendu son huitième jeu à la relance pour se procurer une première balle de break. Il la gagnait pour sortir la tête de l'eau dans un affrontement qui aura tenu toutes ses promesses.
 
Le Serbe et l'Ecossais restaient sur un match d'anthologie le mois dernier, la finale du Masters 1000 de Shanghaï remportée par Djokovic après 3h21' de jeu et... cinq balles de match dans la raquette de Murray. "Je suis suffisamment fort sur le plan mental pour être convaincu qu'une chance se présentera à un moment donné.
 
Je n'ai donc pas paniqué après le premier set, avoue Djokovic. Mais cette chance, il faut savoir la saisir. J'y suis heureusement parvenu".
 
Cette victoire de Djokovic est méritée. Après la perte du premier set, Nole a su retrouver une très grande intensité dans son tennis pour prendre un ascendant indéniable au fil des jeux. Il fut, surtout, le plus entreprenant dans le "money time".
 
Il fut toutefois à deux points de la défaite à 5-4 15-30 au troisième set. Après avoir signé le break au troisième jeu, le Serbe avait en effet connu un petit moment d'égarement à 4-3 sur son service. Il perdait le fil de son tennis durant une dizaine de minutes. Sans conséquence fâcheuse en raison de le relative passivité de son adversaire.
 
Cette fin d'année appartient bien à Djokovic. Depuis sa défaite contre Juan Martin Del Potro lors du match pour la médaille de bronze aux Jeux de Londres, le Serbe a tout simplement gagné vingt-sept des trente rencontres qu'il a livrées.