Tennis: sorti au premier tour lors de ses 4 dernières participations, Wawrinka ne peut "que faire mieux"

Stan Wawrinka aborde les Swiss Indoors de Bâle sans pression. Le Vaudois l'avoue lui-même, après quatre sorties au premier tour en autant de participations, il ne peut "que faire mieux" cette année. Et ça passera par une victoire face à son pote Marco Chiudinelli.
23 oct. 2016, 16:06
/ Màj. le 23 oct. 2016 à 16:07
Stan Wawrinka doit battre Marco Chiudinelli au premier tour pour rompre la malédiction.

Stan Wawrinka est bien décidé à briser la malédiction à Bâle. Battu au 1er tour des quatre précédentes éditions des Swiss Indoors, le Vaudois est confiant avant d'entamer son tournoi.

"Je ne peux que faire mieux que ces dernières années", a reconnu le no 3 mondial. "Bâle reste un tournoi que j'apprécie, qui se joue dans une salle pleine et où je suis très soutenu. Je sais que je peux m'y illustrer. Et je l'ai prouvé par le passé", a rappelé celui qui avait été demi-finaliste en 2006 et 2011.

Face à Chiudinelli

Un peu plus d'un mois après son triomphe à l'US Open, Stan Wawrinka a expliqué que tout dépendrait de son adaptation à la surface de la halle St-Jacques. "Les conditions de jeu sont rapides. Et si je suis hésitant, je sais que mon niveau de jeu peut rapidement baisser. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé ces dernières années", a-t-il relevé. "Tout dépendra donc de la façon dont je vais entrer dans le tournoi", a-t-il ajouté.

Cette entrée en lice est programmée mardi face à Marco Chiudinelli. "Nous nous connaissons très bien et nous nous sommes entraînés souvent ensemble par le passé. Mais étrangement, nous n'avons encore jamais été opposés sur le circuit. Cela sera d'autant plus particulier que Marco joue dans sa ville. Je m'attends à un bon challenge", a prévenu Stan Wawrinka.

Si le Vaudois et le Bâlois sont si proches, c'est avant tout grâce à la Coupe Davis. "Nous l'avons gagnée ensemble en 2014. Nous avons aussi participé à de nombreuses rencontres beaucoup moins prestigieuses. Et forcément, cela crée des liens", a-t-il relevé.

 

Encore trois tournois cette année

Longtemps privé de titre sur sol suisse, Stan Wawrinka a comblé cette lacune en mai dernier en s'adjugeant le Geneva Open. "Cela ne change toutefois pas grand-chose", a estimé le joueur de St-Barthélemy. "C'était un autre tournoi, une autre surface et une toute autre atmosphère", a-t-il dit. "Je n'ai certes pas été bon lors de mes précédentes participations à Bâle, mais je le répète, cela n'a rien à voir avec le fait de jouer en Suisse", a-t-il souligné.

Tête de série no 1 du tournoi rhénan, devant Milos Raonic (no 2), Kei Nishikori (no 3) et Marin Cilic (no 4), Stan Wawrinka s'attaque mardi à son antépénultième tournoi de l'année, lui qui disputera encore le Masters 1000 de Paris-Bercy et le Masters ATP de Londres. De quoi agrémenter une saison déjà pleinement réussie avec ses sacres à l'US Open et à Genève, mais aussi à Chennai et Dubaï. "Mon bilan de la saison est déjà incroyable, quoi qu'il arrive ces prochaines semaines", a-t-il affirmé.