1er Août: Karin Keller-Sutter prône l’écoute mutuelle plutôt que la guerre culturelle

La ministre de justice et police Karin Keller-Sutter s’est exprimée ce dimanche à l’occasion de la fête nationale.
01 août 2021, 11:33
/ Màj. le 01 août 2021 à 11:41
La ministre de justice et police fête le 1er Août dans une ferme de Kleinwangen (LU).

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a mis l’accent dimanche sur la pluralité de la Suisse lors des festivités du 1er août dans une ferme à Kleinwangen (LU). Elle fait partie de la Suisse. Au lieu de cultiver les fossés, il faut dépasser les barrières afin de trouver de nouvelles voies communes.

Au cours des dernières semaines, Mme Keller-Sutter a souvent entendu parler de fossés: entre villes et campagnes, jeunes et vieux, hommes et femmes. Il existe naturellement différentes manières de vivre, différents besoins et différents points de vue en Suisse. Ce n’est pas nouveau. C’est l’expression de la pluralité de la Suisse, a-t-elle rappelé, en présentiel, aux participants du traditionnel brunch à la ferme.

Eviter une guerre culturelle

Les défis de la Suisse ne peuvent être franchis si une guerre culturelle s’annonce. La Suisse ne peut avancer qu’ensemble. La pandémie de coronavirus est un défi, tout comme la numérisation avec «toutes ses chances et ses risques», la sauvegarde de l’assurance vieillesse ou la voie bilatérale.

«Nous devons être capables de nous écouter et de respecter les opinions des autres», a encore avancé la ministre de justice et police. Il faut offrir son oreille à ceux qui pensent différemment, aller à leur rencontre et trouver une solution ensemble. Les rencontres de visu rendent l’écoute plus simple.