Affaire Mörgeli: la professeure Iris Ritzmann acquittée

La professeure Iris Ritzmann a été acquittée vendredi par la justice zurichoise dans l'affaire Mörgeli. Elle était accusée de violation du secret de fonction pour avoir transmis des rapports confidentiels au "Tages Anzeiger".
07 août 2015, 14:31
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Licenciée par l'Université de Zurich dans le cadre de l'affaire Mörgeli, l'ancienne professeure titulaire Iris Ritzmann a été inculpée de violations du secret de fonction, a indiqué jeudi le Ministère public zurichois.

La justice zurichoise acquitte la professeure Iris Ritzmann dans l'affaire Mörgeli. La prévenue était accusée de violation du secret de fonction pour avoir transmis au "Tages-Anzeiger" des rapports confidentiels négatifs de l'Université de Zurich sur le travail de Christoph Mörgeli, alors conservateur du Musée de l'histoire de la médecine.

Le Ministère public n'a présenté aucune preuve valable accablant la collaboratrice de l'Institut d'histoire de la médecine, estime le Tribunal de district de Zurich dans son jugement rendu vendredi. Lors du procès qui s'est déroulé en fin de semaine dernière, la Cour a en effet déclaré irrecevables les preuves réunies contre la professeure.

Le procureur a bâti son accusation sur des données téléphoniques et électroniques fournies par l'Université de Zurich, plaignante dans cette affaire tout comme le conseiller national UDC Christoph Mörgeli. Or, il aurait dû demander l'autorisation au tribunal compétent afin de pouvoir évaluer ces données. Il ne l'a pas fait, violant la base légale à laquelle il est soumis, selon la Cour.

Un CD-Rom trouvé au domicile d'Iris Ritzmann et contenant l'échange de courriels entre la professeure et le "Tages-Anzeiger" a également été invalidé en tant que preuve. Cette pièce est soumise à la protection des sources, estiment les juges.

Le procureur réclamait une peine de 240 jours-amende à 90 francs assortie d'une amende de 3900 francs. Il avait déjà annoncé son intention de faire appel du jugement.