Agriculture: le National fait une fleur à 115 millions aux paysans suisses

Les coupes budgétaires 2015 seront moins sévères que prévu pour les paysans suisses. Le National leur a fait mercredi un "cadeau" de 115 millions de francs.
07 août 2015, 14:29
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les coupes prévues dans l'agriculture se montaient à 130 millions. Trop pour le National. Les Etats se prononceront lundi.

Les mesures d'économies devraient peser moins lourd sur les épaules des paysans. Le National leur a fait mercredi une fleur de 115 millions de francs dans le cadre du budget 2015 de la Confédération. Le Conseil des Etats se prononcera lundi.

Si le budget présenté par le Conseil fédéral est excédentaire, c'est au prix d'économies de 700 millions. Les coupes concernant les paysans l'agriculture s'élèvent à près de 130 millions. La branche, qui doit affronter la réforme des paiements directs induite par la nouvelle politique agricole, n'a pas apprécié du tout.

La Chambre du peuple a été sensible à ces appels. "Ne tuons pas notre agriculture à petit feu ! Nous en avons besoin", a lancé Olivier Feller (PLR/VD), vantant une production suisse de proximité et de qualité.

Avec la nouvelle politique agricole, les exploitations font face à de nombreuses inconnues et beaucoup de paysans ont été surpris par la baisse de leurs revenus, a ajouté Jean-Paul Gschwind (PDC/JU). Il ne s'agit que de s'en tenir à la parole donnée l'an dernier et de maintenir les montants promis, selon Markus Hausammann (UDC/TG).

Critiques à gauche et au PVL

Seuls la gauche et les Vert'libéraux ont critiqué la manoeuvre. L'agriculture n'est pas le seul secteur à souffrir des coupes dues au frein à l'endettement cher aux partis bourgeois. Il n'y a aucune raison qu'elle ne soit pas aussi mise à contribution, a estimé Barbara Gysi (PS/SG).

Un argument repris par la ministre des finances Eveline Widmer-Schlumpf. Et si la situation des paysans devait se détériorer, le Conseil fédéral pourra réagir rapidement, a-t-elle assuré.

Plaidant le libéralisme, Roland Fischer (PVL/LU) a quant à lui dénoncé une dépendance fatale de l'agriculture par rapport à l'Etat. Ce qui lui a valu, comme aux autres orateurs critiques, les remontrances directes à la tribune des représentants du lobby paysan.

Crédits à la hausse

Le National a revu plusieurs enveloppes à la hausse. La majorité a toujours réuni plus de 100 voix, la minorité plafonnant à 83 voix. Les paysans devraient pouvoir compter sur 84 millions de paiements directs en plus et 11 millions en plus de soutien à la production végétale.

Le poste dévolu à l'assurance de la qualité du lait obtiendrait un million de plus. Les députés ont également accepté de libérer 4 millions supplémentaires pour les aides à la production animale, 3 millions pour la sélection végétale et animale et 700'000 francs pour l'aide à la reconversion professionnelle.

Enfin, les aides allouées en vertu de la loi chocolatière, qui soutient les exportations de produits agricoles transformés, sont allongées de 12 millions. L'UDC aurait même voulu aller jusqu'à 20 millions. Mais ce serait compenser à 110% les différences de prix, a fait remarquer Eveline Widmer-Schlumpf.

Par 99 voix contre 90, le National a refusé de compenser toutes ces rallonges par une baisse de 5 millions dans les crédits d'investissements.

Conseil des Etats moins généreux

Le Conseil des Etats devrait lui aussi faire un geste envers les paysans, mais il risque de se montrer moins généreux. Sa commission préparatoire propose de n'augmenter les moyens que de 64,7 millions, dont 56 millions en faveur des paiements directs.