Assaut sur la contrebande organisée après une année lucrative

Les douanes suisses ont récolté plus de fonds en 2012. La contrebande organisée a fortement augmenté utilisant de plus en plus des clandestins pour passer les marchandises.
07 août 2015, 10:57
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
22335372

Les douanes suisses ont encaissé en 2012 la somme record de 23,77 milliards de francs. Elles entendent à l'avenir se concentrer sur la lutte contre la contrebande organisée. Les importations illégales - fruits, légumes et cigarettes en tête - occupent en effet particulièrement les gardes-frontières.

L'an dernier, l'Administration fédérale des douanes (AFD) a saisi 1100 tonnes de produits alimentaires importés illégalement contre 970 tonnes en 2011. Toute importation dépassant 200 kg est considérée comme de la contrebande organisée. L'AFD a enquêté l'année dernière sur 7200 cas de ce type, a-t-elle indiqué mardi lors d'une conférence de presse à la douane de St. Margrethen (SG).
 
Avec 271 tonnes saisies, les fruits et légumes constituent la plus grande part de denrées alimentaires importées illégalement, devant les céréales (170 tonnes) et les pâtes (112 tonnes). La contrebande de cigarettes a en outre nettement augmenté, passant de 1143 cas en 2011 à 1584 l'an dernier, soit une hausse de 39%.
 
Mules et clandestins en forte hausse
 
L'importation illégale d'armes interdites est également en augmentation, passant de 1308 cas il y a deux ans à 1931 l'année passée. Il en va de même des documents falsifiés et des drogues. Si les saisies de khat (1382) et de cocaïne (124) sont restées relativement stables, celles d'héroïnes ont presque doublé, passant de 20 à 34 kg.
 
Le nombre de trafiquants arrêtés à la douane avec des boulettes de drogue dans le tube digestif a augmenté d'environ 40% en 2012. Ces "mules" représentent 105 des 192 cas de livraisons interceptées aux douanes suisses.
 
Le nombre d'étrangers séjournant illégalement ou tentant d'entrer en Suisse de manière illicite a presque doublé l'an dernier. Les gardes-frontières ont appréhendé 10'965 personnes dans ce cas contre 5614 en 2011. Les refus d'entrée et remises de personnes aux autorités étrangères ont aussi fortement augmenté, de 2363 cas en 2011 à 3296 l'an dernier.