Assemblée de l’UDC: pour Marco Chiesa, le parti «n’est pas opposé à la vaccination»

Les délégués de l’UDC se sont réunis ce samedi dans le canton de Vaud, à Montricher. Dans son discours d’ouverture, le président du parti suisse Marco Chiesa a critiqué les «contradictions» de la politique sanitaire du Conseil fédéral. Les mots d’ordre en vue des votations fédérales de l’automne ont ensuite été fixés.
23 oct. 2021, 12:02
/ Màj. le 23 oct. 2021 à 15:21
Marco Chiesa s'est exprimé samedi à Montricher.

L’UDC Suisse exige du Conseil fédéral un plan de sortie de la crise sanitaire et une discussion «franche» sur la politique énergétique. Réunis samedi à Montricher (VD), les délégués du parti ont aussi adopté une résolution ciblant les villes roses-vertes.

«Le Conseil fédéral doit présenter une stratégie concrète pour une sortie progressive de la crise» liée au Covid 19, a exhorté le président du parti Marco Chiesa dans la tente ouverte où se tenait l’assemblée, pour éviter toute restriction sanitaire. Le parti n’est ni opposé à la vaccination, ni au pass sanitaire pour les voyages ou les grands événements, a-t-il dit. «Hélas, la majorité du Conseil fédéral a transformé ce certificat en un outil de discrimination.»

Le Conseil fédéral doit à présent présenter une stratégie concrète pour une sortie progressive de la crise.
Marco Chiesa, président de l’UDC suisse

«Les concepts d’hygiène fonctionnent. Les secteurs de la restauration, du sport et de la culture l’ont prouvé depuis des mois», a mis en avant le Tessinois. «Nous devons en finir avec cette division de la société entre »bons vaccinés« et »mauvais non vaccinés«. Nous devons en finir avec les mesures arbitraires et mettre un terme au régime des pleins pouvoirs du Conseil fédéral afin de retrouver la normalité démocratique qui est la nôtre.»

Stratégie énergétique attaquée

Dans son allocution, Marco Chiesa a aussi attaqué la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération. «Il ne s’agit pas d’une stratégie, mais d’une navigation à l’aveugle sur fond de dogmatisme écologiste», a-t-il déclaré. «La Suisse sera exposée, dans un futur proche, à des pénuries d’électricité en raison de la politique menée par les roses-verts», a-t-il ajouté sous les applaudissements des 215 délégués présents.

Estimant que cette situation menaçait l’économie suisse, Marco Chiesa a réclamé une discussion «franche» sur la politique énergétique. Il s’en est pris aux «ayatollahs de l’écologie qui exigent la fermeture des centrales nucléaires», une énergie «propre assurant un approvisionnement fiable et en suffisance».

Triple non aux votations du 28 novembre

L’UDC suisse préconise le triple non aux votations fédérales du 28 novembre. Les délégués du parti réunis samedi à Montricher (VD) ont rejeté les initiatives populaires «Pour des soins infirmiers forts» et «Désignation des juges fédéraux par tirage au sort».

Le texte sur les soins infirmiers a été refusé par 185 non contre 14 oui et 2 abstentions. Il demande notamment à la Confédération et aux cantons de garantir qu’il y ait suffisamment de diplômés en Suisse.

L’initiative sur les juges fédéraux a pour sa part été balayée par 179 voix contre 1. Elle réclame que les juges fédéraux soient désignés par tirage au sort, et non plus par le Parlement.

Le troisième objet fédéral qui sera soumis au peuple le 28 novembre, portant sur la loi Covid 19, avait déjà été rejeté par l’UDC lors d’une précédente assemblée qui s’est tenue en août à Granges-Paccot (FR). Le non l’avait emporté par 181 voix contre 23 et 4 abstentions.