Assemblée des délégués: la loi sur les épidémies divise les Verts suisses

Réunis en assemblée samedi à Viège (VS), les délégués Verts suisses ont finalement recommandé de voter oui à la loi sur les épidémies, au terme d'un large débat.
07 août 2015, 11:42
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Die Delegierten der Gruenen Schweiz an der Jubilaeums-Delegiertenversammlung zum 30. Geburtstag der Gruenen in Biel, am Samstag, 27. April 2013. (KEYSTONE/Lukas Lehmann)

La loi sur les épidémies qui sera soumise au peuple le 22 septembre prochain a divisé samedi les délégués des Verts suisses réunis en assemblée à Viège. L'objet a provoqué un large débat au terme duquel le parti recommande de voter oui à cet objet.

La notion d'obligation de vacciner s'est retrouvée dans la bouche de tous les intervenants. Ce que certains considèrent comme une dictature de la santé est vu par d'autres comme une protection des plus faibles comme les malades, les enfants et les personnes âgées.

Le vote a reflété la division des délégués qui se sont prononcés pour la loi par 77 voix contre 42 et 11 abstentions. Les délégués ont néanmoins refusé de laisser la liberté de vote par 73 voix contre 49. Ils recommandent donc d'accepter la loi sur les épidémies.

Positions claires

Sur les autres objets, les délégués ont suivi les recommandations de la direction du parti. Considérée comme une notion obsolète, l'obligation de servir est largement combattue. Par 128 voix contre 3 et 6 abstentions, les délégués recommandent d'accepter l'initiative qui demande son abrogation.

Les Verts recommandent à l'unanimité moins une abstention le rejet de la libéralisation des heures d'ouverture des des échoppes des stations-service. Ils sont opposés aux achats non-stop, estimant qu'ils nuisent à la qualité de vie, et refusent de favoriser l'achat motorisé.

Un oui et deux non le 24 novembre

Les délégués se sont aussi prononcés sur les objets en votation le 24 novembre. Les délégués recommandent par 106 voix contre 1 et 9 abstentions d'accepter l'initiative "1:12 pour des salaires équitables". Elle permettra d'éviter que ne se creusent de nouveaux écarts salariaux.

Ils rejettent les deux autres objets. L'initiative en faveur des familles de l'UDC ne garantit pas de liberté de choix en matière de garde des enfants puisque beaucoup de parents n'ont pas d'autre choix que de travailler. Les Verts recommandent par 102 voix contre deux et 9 abstentions de la rejeter.

L'augmentation à 100 francs du prix de la vignette autoroutière ne trouve pas plus grâce aux yeux des Verts. Les recettes devraient être attribuées à la mobilité écologique pour freiner le trafic individuel. Les Verts s'y sont opposés par 86 voix contre 6 et 10 abstentions.

Sous le signe de la montagne

Le choix de Viège (VS) pour tenir l'assemblée des délégués n'a pas été fait "pour apporter la bonne parole citadine et expliquer aux Valaisans comment ils doivent développer leur économie et leur tourisme", a déclaré la co-présidente du parti Adèle Thorens lors de son discours d'ouverture. "C'est ici même que doivent naître les solutions".

Le domaine énergétique reste une préoccupation. Le Conseil fédéral doit revoir ses ambitions à la hausse, a déclaré Mme Thorens. Il doit fixer des délais clairs pour le retrait des vieilles centrales nucléaires. Pour Adèle Thorens, "la sortie du nucléaire ne doit pas se faire au détriment de notre environnement et de notre climat".

La protection du climat est une autre priorité que les Verts ne veulent pas oublier, a rappelé Mme Thorens. Dans ce domaine, le parti présentera une série de propositions autour de l'électromobilité considérée comme "un défi majeur du tournant énergétique et de la politique climatique".

Résolution adoptée

Les Verts ont adopté à l'unanimité une résolution pour un développement durable des régions de montagne. Ils s'engagent à soutenir diverses mesures pour protéger la zone alpine et améliorer les conditions de vie de la population.

Les Verts demandent l'introduction rapide d'une taxe sur le CO2 pour protéger les Alpes des changements climatiques. Ils réclament un transfert de la route au rail et un développement des transports publics en région alpine. Le Parti soutiendra la construction et la transformation d'installations de production d'énergie renouvelable.

Co-présidente des Verts, Regula Rytz voit dans la politique de son parti une chance pour les régions de montagne. Elle permet de conserver les valeurs et les traditions qui influencent ces régions écologiquement sensibles tout en misant sur l'innovation et la modernité.