Assemblée du PBD: l'isolation de la Suisse mène à l'UE, selon Martin Landolt

Le président du PBD Martin Landolt a défendu la voie bilatérale, samedi lors de l'assemblée des délégués du PBD à Reinach. Selon lui, l'isolation de la Suisse pourrait déboucher sur une adhésion à l'Union européenne.
07 août 2015, 14:20
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le président du PBD s'en est pris à l'UDC et a défendu la voie bilatérale.

Un an avant les élections fédérales, le président du PBD Martin Landolt s'est à nouveau attaqué à l'UDC et a défendu la voie bilatérale. Si elle tombe, il ne restera à la Suisse que le choix entre l'isolation ou l'entrée dans l'Union européenne (UE), a-t-il prévenu samedi à l'assemblée des délégués du PBD à Reinach (BL).

Si la Suisse ne souhaite pas, à juste titre, devenir membre de l'UE, elle doit conclure avec elle un contrat de partenariat raisonnable. La voie bilatérale est la seule raisonnable, selon Martin Landolt.

Suivre Christoph Blocher et l'UDC sur la voie de l'isolation pourrait conduire en définitive à une adhésion à l'UE, a affirmé le conseiller national glaronnais. Lorsque l'isolation de la Suisse sera devenue intolérable, l'adhésion à l'UE pourrait alors apparaître comme un moindre mal, selon lui.

Contre une "rhétorique incendiaire"

Il faut démontrer les conséquences de la politique européenne de l'UDC, "incendiaire et démagogique", "et ne pas s'en excuser", a poursuivi le président du PBD. Il faisait référence à ses précédentes déclarations et comparaisons entre l'UDC, le national-socialisme et les années 1930.

Samedi, Martin Landolt a à nouveau mentionné le discours du 20 juin dernier de Christoph Blocher à Wägital, le taxant de "rhétorique national-socialiste." Il reproche au tribun de l'UDC de bafouer non seulement les institutions, mais aussi l'ensemble du système politique construit depuis 1848.