Caisse publique: l'interview du conseiller fédéral Alain Berset

En tant que membre du gouvernement, le ministre de la santé Alain Berset est contraint de s'engager contre l'initiative de son parti. Il nous a accordé sa première interview sur le sujet.
07 août 2015, 14:07
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Pour le Fribourgeois l'enseignement du français doit être maintenu dans les écoles des cantons alémaniques.

Alain Berset nous a accordé sa première interview sur le système de caisse publique en vue des votations fédérales du 28 septembre prochain. Extraits.

-    La Suisse connaît déjà des systèmes de caisse publique, comme par exemple l’AVS ou la Suva. Cela fonctionne…

-    A.B.:Le Conseil fédéral ne dit pas qu’un tel modèle est impraticable. Il dit simplement que c’est un changement trop radical qui est lié à des insécurités élevées en termes de mise en place et de fonctionnement. C’est un choix politique. 

-    Selon ses adversaires, la caisse publique mettrait fin aux franchises différenciées, aux réductions de primes pour enfant et aux modèles incitatifs comme celui du médecin de famille. Juste ou faux ? 

-    A.B.:L’initiative ne dit rien à ce propos. Le cas échéant, la question devrait donc être tranchée par le Parlement. Je n’imagine pas qu’il puisse se trouver une quelconque majorité dans les Chambres pour empêcher ces systèmes différenciés.

Texte complet dans notre édition du jour.