Réservé aux abonnés

"Cela n'a rien à voir avec le français!"

Un article sème le trouble. Le directeur des écoles réagit.
05 août 2015, 16:09
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5881736

"Zurich dégrade le français à l'école", titrait la "NZZ am Sonntag" avant-hier, faisant réagir nombre de Romands au quart de tour, surtout après le dépôt, en janvier, d'un postulat demandant que la deuxième langue nationale devienne facultative pour les filières les plus faibles à partir de la huitième année. Dans les faits, avec ce nouveau projet, le français n'est pas directement dans le viseur. Mise au point de Martin Wendelspiess, directeur de l'Office cantonal zurichois des écoles.

Le canton de Zurich projette-t-il de dispenser du français les élèves ayant des difficultés en allemand et ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois