Réservé aux abonnés

Ces experts qui nourrissent Berne

Un ouvrage fait le point sur l’action des groupes d’intérêt qui prospèrent dans les couloirs du Palais fédéral.
11 nov. 2015, 21:44 / Màj. le 12 nov. 2015 à 00:01
LZU DEN EIDGENOESSISCHEN WAHLEN VOM 18. OKTOBER 2015 STELLEN WIR IHNEN ZUM THEMA WANDELHALLE FOLGENDES BILDMATERIAL ZUR VERFUEGUNG - WEITERE BILDER FINDEN SIE AUF UNSERER WEBSEITE "PARLAMENTSWAHLEN 2015" - Lobbyisten unterhalten sich mit Parlamentariern in der Wandelhalle des Bundeshauses, aufgenommen am 1. Dezember 2009 im Bundeshaus in Bern. (KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Plus nombreux, plus puissants et plus riches que les partis, les groupes d’intérêt sont omniprésents dans la vie politique suisse depuis la fin du 19e siècle. Lorsqu’un lien entre un groupement privé et un parlementaire est mis en évidence par l’actualité, l’inquiétude surgit. Ce qu’on appelle aussi un lobby est-il un cheval de Troie des intérêts privés dans la vie publique, ou un rouage essentiel de la machine démocratique?

Dans l’ouvrage «Groupes d’intérêt et pouvoir politique», qui vient de paraître, André Mach, professeur associé à l’Institut d’études politiques, historiques et in...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois