Réservé aux abonnés

Coronavirus: «Nous ne serons pas submergés», affirme le patron de cliniques privées suisses. Interview.

Antoine Hubert, patron du numéro deux des cliniques privées en Suisse, le groupe Aevis Victoria, est confiant en la capacité du système hospitalier suisse à faire face à la vague actuelle.
04 déc. 2021, 09:31 / Màj. le 04 déc. 2021 à 09:32
Antoine Hubert à Genolier le 15 novembre dernier.

Avec quelque 10'000 cas d’infection au covid-19 par jour, et plusieurs dizaines d’hospitalisations quotidiennes pour les cas graves, le système hospitalier suisse est à nouveau confronté aux risques de saturation en raison de la pandémie de covid-19. Une pression que risque d’accentuer la foudroyante expansion du nouveau variant Omicron.

Hôpitaux publics et cliniques privées mettent-ils suffisamment leurs forces en commun pour faire face à la nouvelle vague? Antoine Hubert fait un point de situation alors que s’accumule...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois