Découverte d'une Tessinoise décédée en Italie: son beau-frère arrêté

Suite à la découverte du corps sans vie d'une Tessinoise dimanche en Italie, un homme a été arrêté. Il s'agirait du beau-frère de la victime.
19 oct. 2016, 11:51
/ Màj. le 19 oct. 2016 à 14:28
Le corps sans vie d'une Tessinoise de 35 ans avait été découvert dimanche en Italie. (illustration)

Un homme a été arrêté deux jours après la découverte du corps sans vie d'une Tessinoise de 35 ans dimanche en Italie, non loin de la douane de Gaggiolo (TI). Le suspect est le beau-frère de la victime. La police parle d'un crime.

La victime aurait été tuée chez elle puis transportée jusqu'au lieu où elle a été découverte, selon les premières informations livrées mercredi par la police tessinoise, celle de Côme (I) et le Ministère public tessinois lors d'une conférence de presse. Le suspect a admis partiellement les faits.

La femme, une enseignante, a été retrouvée dimanche sur un terrain difficilement praticable, à quelques kilomètres de son lieu d'habitation en Suisse. Malgré la pluie, elle était allongée sans chaussures ni veste. Elle ne portait sur elle ni papiers d'identification, ni téléphone portable.

La police italienne avait rapidement estimé que la victime était suisse: elle portait un bracelet renvoyant à une manifestation sportive à Lugano.

"Jetée"

L'identité de la femme a été éclaircie lundi, suite à une annonce de disparition. Les enquêteurs italiens expliquent que la femme a été littéralement "jetée". Sa dépouille présentait seulement de légères écorchures.

Le suspect, un Suisse de 48 ans, a été arrêté dans la nuit de mardi à mercredi, alors qu'il rentrait en Suisse, grâce à une étroite et rapide collaboration des polices tessinoise et italienne.

Le déroulement exact des faits ainsi que les éventuels motifs du suspect font pour l'heure encore l'objet d'investigations, a précisé à l'ats le porte-parole de la police cantonale tessinoise Renato Pizolli. L'état actuel des connaissances permet d'exclure que la victime était sous l'influence de drogues, comme certains médias tessinois l'avaient d'abord supposé.