Déduire des impôts ses nuitées en Suisse est une mauvaise solution

Déduire des impôts ses nuitées d'hôtel passées en Suisse est une mauvaise solution pour relancer le tourisme helvétique, juge le Conseil fédéral.
06 août 2015, 15:03
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
L'hôtellerie suisse a subi une nouvelle baisse des nuitées en septembre.

La mesure proposée par Oskar Freysinger (UDC/VS) qui consiste à déduire de ses impôts les nuits d'hôtel passées en Suisse est inefficace, profite aux riches et créerait un appel d'air.

Dans sa réponse à la motion du conseiller national publiée jeudi, le gouvernement liste les défauts de la proposition. Une nouvelle déduction ne permettrait pas de promouvoir durablement l'hébergement hôtelier helvétique. Pis, elle profiterait davantage aux contribuables à revenus élevés alors qu'ils ont déjà les moyens de s'offrir des vacances en Suisse.
 
Le Conseil fédéral juge par ailleurs problématique de favoriser ces frais par rapport à d'autres. Et si on suivait Oskar Freysinger, il faudrait s'attendre à ce que d'autres branches touchées par la crise emboîtent le pas pour réclamer des déductions, ce qui compliquerait au final le système fiscal.
 
Le gouvernement rappelle qu'il n'entend pas amortir les effets du franc fort par des mesures fiscales. D'autres coups de pouce sont prévus. De 2012 à 2015, Suisse Tourisme recevra 222 millions de francs pour stimuler la demande étrangère. Le prêt accordé par la Confédération à la Société suisse de crédit hôtelier sera en outre temporairement augmenté de 100 millions.