Delémont: le campement illégal des gens du voyage puriné

Dix caravanes supplémentaires se sont installées sur le campement illégal du sud de la gare de Delémont depuis samedi. Le propriétaire du terrain a porté plainte et puriné le champ.
07 août 2015, 11:41
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le purinage de mardi à fait suite au dépôt de plainte de lundi.

Le campement de gens du voyage installé illégalement sur un terrain au sud de la gare de Delémont depuis samedi dernier s'étend. Dix caravanes supplémentaires s'y sont installées, ce qui porte leur nombre à une quarantaine. Le propriétaire a porté plainte et puriné son champ.

Les caravanes, immatriculées en France pour la plupart, se sont installées sans autorisation samedi dans un champ entre la Halle des expositions et le Swiss Labyrinthe. Lundi, le propriétaire est allé porter plainte auprès de la police cantonale et mardi, il a puriné son champ.

En général, les gens du voyage s'arrêtent sur une place ad hoc située près de Bassecourt, le long de l'autoroute A16. Mais cet emplacement est déjà occupé par une bonne trentaine de caravanes et il sera bientôt fermé pour être transformé en aire de repos. "Il n'y a donc pas de plan B", a indiqué mercredi le commissaire de la police de Delémont Gilles Loutenbach, confirmant des informations du "Quotidien Jurassien".

"A leur décharge, les gens du voyage ont voulu aller à Bassecourt", note le commissaire, qui souligne que tant que l'on ne disposera pas d'un terrain pouvant accueillir 50 à 60 caravanes, ce genre de problème récurrent depuis des décennies continuera à se poser. 

Les occupants étant identifiés et la plainte déposée, "la balle est maintenant dans le camp de la justice", poursuit M. Loutenbach. C'est à elle de prononcer une éventuelle évacuation. Sur place, la situation est calme, selon lui, et c'est surtout le voisinage proche qui est dérangé.

Lundi, le Conseil communal de Delémont avait annoncé qu'il attendait que des décisions judiciaires soient prises dans les meilleurs délais. Le cas échéant, il mettrait à disposition des agents de la police locale au service de la justice et de la police cantonale pour procéder à l'évacuation du site.