Demandes d'asile en baisse pour début 2013

Le premier trimestre de 2013 a été particulièrement pauvre en demandes d'asile en comparaison avec les deux année précédentes.
07 août 2015, 11:13
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Portrait eines Migranten mit einem Ausweis fuer Asylsuchende N (Livret pour requerants d' asile, Permesso per richiedenti l' asilo, Permess per requirents d' asil), aufgenommen am 22. April 2004 in Zuerich.  (KEYSTONE/Gaetan Bally)     ,      : DIA] === SAT2 ===

De début janvier à fin mars, la Suisse a enregistré 5759 demandes d'asile, soit 612 de moins (-9,6%) que lors du trimestre précédent, et même 19,5% de moins que durant le premier trimestre 2012. La pression migratoire n'en demeure pas moins élevée, estime l'ODM.

Cette diminution s'explique notamment par les mesures prises l'année passée pour freiner les requêtes manifestement infondées, a indiqué jeudi l'Office fédéral des migrations (ODM). Il s'agit de l'introduction de la procédure en 48 heures pour les requérants en provenance de pays européens non soumis à l'obligation de visa ou du changement de pratique pour les demandes multiples Dublin.
 
La baisse du nombre de débarquements dans le sud de l'Europe a aussi joué un rôle, précise l'ODM.
 
Nigéria en tête
 
Les principaux pays de provenance ont été le Nigéria (682 demandes), la Tunisie (640) et l'Erythrée (545). Par rapport au dernier trimestre 2012, les demandes ont diminué pour l'Erythrée (-316/-37%). Elles ont en revanche augmenté pour la Tunisie (+97) et le Nigéria (+8).
 
Durant les trois premiers mois de l'année, 6180 demandes d'asile ont été réglées en première instance, soit 175 de plus (+2,9%) qu'au trimestre précédent. A la fin de cette période, 18'885 requêtes étaient encore en suspens en première instance.
 
Durant le premier trimestre, 3508 personnes ont soit quitté la Suisse, soit été rapatriées, ce qui représente 7,2% de plus que durant la même période de l'année précédente. Parmi elles, 1129 ont été transférées dans l'Etat responsable du traitement de leur demande dans le cadre de la procédure Dublin.